Alimentation

La composition du microbiote intestinal varie en fonction des aliments ingérés avec des conséquences sur le métabolisme global.

Le microbiote intestinal s’établit dès la naissance et sa composition est influencée par le mode d’alimentation. L’apport alimentaire peut donc jouer un rôle - bénéfique ou néfaste - sur la modulation du microbiote intestinal et ce, dès les premières semaines de vie. Ainsi, la composition du microbiote diffère entre des enfants ayant été allaités et ceux ayant reçu du lait infantile1 avec notamment plus de bactéries lactiques (Lactobacillus) et de bifidobactéries (Bifidobacterium) chez les bébés allaités. L’apport nutritionnel influe donc sur la composition du microbiote, d’abord d’un point de vue quantitatif mais aussi et surtout d’un point de vue qualitatif en entraînant des modifications métaboliques substantielles.

Variations nutritionnelles

Ainsi, il a été montré qu’une augmentation des graisses dans l'alimentation augmentait la proportion des bactéries Gram négatif avec une hausse des lipopolysaccharides inflammatoires qui favorisent à terme l’insulinorésistance menant au diabète de type 1 et à l’obésité2.  Il a également été mis en lumière que certains acides aminés contenus dans la viande rouge et les œufs pouvaient être métabolisés par le microbiote intestinal et affecter le métabolisme du cholestérol, favorisant ainsi le développement de l’athérosclérose3. Enfin, le rôle de l’alimentation dans le déséquilibre du microbiote en lien avec l’obésité est une donnée de plus en plus étudiée4,5, d’autant qu’une différence notable a été observée entre le microbiote d’individus obèses et celui d’individus minces. 

Influence du régime alimentaire

Partant de ce constat, il n’est pas difficile d’imaginer le rôle de l’alimentation dans la modulation du microbiote : des études ont d’ailleurs constaté un impact des différents régimes alimentaires ou habitudes (végétarisme, végétalisme) sur la composition du microbiote6. Une modification de ceux-ci, avec l’introduction de fibres (via les légumes, les céréales à grains et les fibres solubles) peut alors contribuer à une restauration d’un microbiote plus diversifié, preuve que l’équilibre alimentaire est l’une des clés de voûte d’un microbiote à l’équilibre.

Sources

1. Orrhage K et al. Factors controlling the bacterial colonization of the intestine in breastfed infants. Acta Paediat Suppl 1999 ; 430 : 47-57.

2. Julie Tomas et al. High-fat diet modifies the PPAR-γ pathway leading to disruption of microbial and physiological ecosystem in murine small intestine. PNAS 2016. 113 (40) :  E5934-E5943.

3. Tuohy et al. The way to a man's heart is through his gut microbiota - dietary pro - and prebiotics for the management of cardiovascular risk. Proceedings of the Nutrition Society 2014 ; 73(2) : 172-85.

4. TurnbaughPJ et al. An obesity-associated gut microbiome with increased capacity for energy harvest. Nature 2006 ; 444 : 1027-31. 

5. Ojeda P et al. Nutritional modulation of gut microbiota - the impact on metabolic disease pathophysiology. J Nutr Biochem. 2016 ; 28 : 191-200.

6. Hayashi H et al. Fecal microbial diversity in a strict vegetarian as determined by molecular analysis and cultivation. Microbiol Immunol 2002 ; 46 : 819-31.

Source complémentaire

Recommandations 2016 de l’ICNM (International Conference on Nutrition in Medicine) : http://www.pcrm.org/health/reports/seven-dietary-guidelines-healthy-microbiota

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.