Maladies allergiques

Allergies alimentaires

Si les allergies sont des maladies multifactorielles, elles viennent le plus souvent d’un défaut  de la réponse immunitaire face aux allergènes. Altération qui pourrait être dûe à un déséquilibre du microbiote.

L'allergie alimentaire (AA) ne cesse de croître dans les pays industrialisés. En Europe, la prévalence de l’AA est de 4,7 % chez l’enfant, 3,2 % chez l’adulte. En France, environ 5 % de la population est allergique1. L’AA correspond à une hypersensibilité développée contre les protéines alimentaires, le plus souvent IgE-dépendantes. Chez l'enfant, cinq allergènes sont responsables de 82 % des AA : œuf de poule, arachide, lait de vache, moutarde et poisson, rejoints à l’âge adulte par celles aux fruits de mer, blé ou encore fruits à coques2

Un mécanisme immunitaire identifié

Pour expliquer ces allergies, les chercheurs supposent que la maturation correcte du système immunitaire requiert une exposition répétée à de nouveaux antigènes bactériens et que l’appauvrissement de l’écosystème microbien favorise le développement de réponses immunes inadaptées contre des antigènes normalement inoffensifs3.

Un lien évident avec le microbiote intestinal

Des observations épidémiologiques ont très vite permis de relier phénomènes allergiques et altération du microbiote : les patients allergiques ont tous un microbiote différent des individus sains4,5. Il a été montré qu’il existe une dysbiose chez les individus allergiques : il semblerait que dans le cadre des AA, les bactéries appartenant aux classes des Clostridia, Protobacteria, Bacteroidetes ou Actinobacteria6,7, 8, 9 seraient particulièrement impliquées.

Un microbiote thérapeutique ?

Des résultats suggèrent qu’une modulation du microbiote pourrait aider à la prévention des allergies, avec l’utilisation des probiotiques et des prébiotiques. Il existe en effet un grand nombre d’études sur l’effet positif des probiotiques dans des modèles animaux (souris, rats, cochons) de sensibilisation à l’allergie alimentaire, dermatite atopique ou asthme10 

Sources
1 - Moneret-Vautrin DA. Épidémiologie de l’allergie alimentaire Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique 2008 ; 48 : 171–178 .
2 – Rona RJ et al. The prevalence of food allergy: a meta-analysis. J Allergy Clin Immunol 2007 ; 120:638–46. 
3 - Omenetti   S. et al. The   Treg/Th17 axis : a dynamic   balance regulated by the gut microbiome. Front Immunol 2015 ; 6 : 639.
4 - Panzer  AR et al. Influence and  effect of the human  microbiome in allergy and asthma. Curr Opin Rheumatol   2015 ; 27(4) : 373–80.
5 - Drell T et al. Differences in Gut Microbiota Between Atopic and Healthy Children. Curr Microbiol 2015 ; 71 : 177-83.
6 - Thompson-Chagoyan OC et al. Faecal microbiota and short-chain fatty acid levels in faeces from infants with cow’s milk protein allergy. Int Arch Allergy Immunol 2011 ; 156 : 325-32.
7 - Candela M et al. Unbalance of intestinal microbiota in atopic children. BMC Microbiol 2012 ; 12 : 95.
8 -  Ling Z, Li Z, Liu X, et al. Altered fecal microbiota composition associated with food allergy in infants. Appl Environ Microbiol 2014 ; 80 : 2546-54.
9 - Sepp E, Julge K, Mikelsaar M, Björkstén B. Intestinal microbiota and immunoglobulin E responses in 5-year-old Estonian children. Clin Exp Allergy 2005 ; 35 : 1141-6.
10 - de Azevedo MS, Innocentin S, Dorella FA, et al. Immunotherapy of allergic diseases using probiotics or recombinant probiotics. J Appl Microbiol 2013 ; 115 : 319-33.

Asthme allergique

L’asthme allergique est favorisé par des déséquilibres de la flore intestinale chez le nourrisson. Des études portent sur sa prévention par l’utilisation de probiotiques ou de prébiotiques. 

Une origine allergique

La prévalence de l’asthme est estimée à 14 % chez les enfants et environ 6 % chez les adultes1. Cette maladie inflammatoire des bronches est d’origine allergique dans l’immense majorité des cas. L’allergène peut avoir différentes origines : pollens, tabac, aliment, pollution…Une histoire personnelle d’atopie ou de rhinite allergique pendant l’enfance augmente les risques d’asthme2. En outre, la survenue d’événements pouvant modifier la flore intestinale au début de la vie (césarienne, utilisation d’antibiotiques) est susceptible d’augmenter le risque d’allergies et d’asthme par la suite 3

Des dysbioses du microbiote intestinal

Plusieurs études établissent un lien avec une dysbiose du microbiote intestinal 4,-6 mais aussi du microbiote pulmonaire 7, 8 suggérant un rôle de ces écosystèmes bactériens dans l’asthme allergique sans pour autant avoir établi une signature claire du microbiote chez les patients. Une augmentation du niveau de colonisation par les Bacteroidaceae et/ou la colonisation de l’espèce Bacteroides fragilis à l’âge de 3 semaines ont été associées à un risque plus élevé de développer un asthme plus tard dans la vie9. De manière générale, une faible diversité du microbiote intestinal pendant les premières semaines de vie a été associée à un risque plus élevé de sensibilisation et d’allergie respiratoire10,11

Prébiotiques et probiotiques en prévention

Actuellement la prise en charge repose sur l’éviction de l’allergène avec un traitement de fond et un traitement de crise en cas d’exacerbation.

La relation entre microbiote intestinal et allergie suggère qu’une modulation du microbiote pourrait prévenir ou réduire les allergies. On trouve dans la littérature un effet des prébiotiques GOS et  FOS dans des modèles d’asthme allergique12. En outre, il existe plusieurs études sur l’effet positif de probiotiques dans des modèles animaux pour l’asthme,13-15

Sources
1.    Global burden of disease due to asthma. The global Asthma Report 2014. http://www.globalasthmareport.org/burden/burden.php 
2.    Rhinitis and onset of asthma: a longitudinal population-based study. Shaaban R, Zureik M, Soussan D et al. Lancet. 2008 Sep 20;372(9643):1049-57.
3.    Pearl D. Houghteling et al. From Birth to “Immunohealth,” Allergies and Enterocolitis. J Clin Gastroenterol 2015;49:S7–S12 
4.    Vael C, Nelen V, Verhulst S, Goossens H, Desager K. Early intestinal Bacteroides fragilis colonisation and development of asthma. BMC Pulm Med 2008: 8: 19 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18822123
5.    Songjinda P, Nakayama J, Tateyama A, et al. Differences in developing intestinal microbiota between allergic and nonallergic infants: a pilot study in Japan. Biosci Biotechnol Biochem 2007 ; 71 : 2338-42
6.    Vael C, Vanheirstraeten L, Desager KN, Goossens H. Denaturing gradient gel electrophoresis of neonatal intestinal microbiota in relation to the development of asthma. BMC Microbiol 2011 ; 11 : 68
7.    Hilty M, Conor Burke et al. Disordered Microbial Communities in Asthmatic Airways. PLOS One. 2010 http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0008578
8.    Millares L, Bermudo G, Pérez-Brocal V, et al. The respiratory microbiome in bronchial mucosa and secretions from severe IgE-mediated asthma patients. BMC Microbiology. 2017;17:20. doi:10.1186/s12866-017-0933-6.
9.    Vael C et al. Early intestinal Bacteroides fragilis colonisation and development of asthma. BMC Pulm Med. 2008 Sep 26;8:19
10.    Bisgaard H, Li N, Bonnelykke K, et al. Reduced diversity of the intestinal microbiota during infancy is associated with increased risk of allergic disease at school age. J Allergy Clin Immunol 2011 ; 128 : 646-52. 
11.    Abrahamsson TR, Jakobsson HE, Andersson AF, Björkstén B, Engstrand L, Jenmalm MC. Low gut microbiota diversity in early infancy precedes asthma at school age. Clin Exp Allergy 2014 ; 44 : 842-50. 
12.    Vos AP, van Esch BC, Stahl B, et al. Dietary supplemen- tation with specific oligosaccharide mixtures decreases para- meters of allergic asthma in mice. Int Immunopharmacol 2007 ; 7 : 1582-7. 
13.    de Azevedo MS, Innocentin S, Dorella FA, et al. Immuno- therapy of allergic diseases using probiotics or recombinant probiotics. J Appl Microbiol 2013 ; 115 : 319-33.
14.    Fonseca VM, Milani TM, Prado R, Bonato VL, Ramos SG, Martins FS, Vianna EO, Borges MC . Oral administration of Saccharomyces cerevisiae UFMG A-905 prevents allergic asthma in mice. Respirology. 2017 Feb 6. doi: 10.1111/resp.12990 . [Epub ahead of print] PMID: 28166610 
15.    Juan Z, Zhao-Ling S, Ming-Hua Z, Chun W, Hai-Xia W, Meng-Yun L, Jian-Qiong H, Yue-Jie Z, Xin S. Oral administration of Clostridium butyricum CGMCC0313-1 reduces ovalbumin-induced allergic airway inflammation in mice. Respirology. 2017 Jan 25. doi: 10.1111/resp.12985 . [Epub ahead of print] PMID: 28122397

Rhinite allergique

La rhinite allergique, manifestation la plus courante de l’allergie respiratoire, évolue fréquemment vers l’asthme allergique. Elle est associée à une dysbiose du microbiote intestinal et ORL.

Une pathologie fréquente et héréditaire

La rhinite allergique est une pathologie très fréquente, dont le nombre de cas ne cesse d'augmenter dans le monde. Environ 500 millions de personnes seraient atteintes1. Elle est déclenchée par l’exposition à un allergène et peut être intermittente ou persistante selon la nature de celui-ci (pollen, acariens, phanères, etc). Les symptômes associent prurit, anosmie, rhinorrhée et obstruction nasale ou encore éternuements. La composante héréditaire de l’allergie respiratoire est bien documentée, un individu dont les deux parents sont allergiques le sera lui-même dans 7 cas sur 102

Rhinite allergique et asthme allergique

Environ 20 % des personnes souffrant de rhinite allergique ont de l’asthme et 80 % des asthmatiques ont une rhinite3. Des études cliniques et épidémiologiques font le lien entre microbiote, rhinite allergique et asthme.

Dysbioses des microbiotes

Parmi les caractéristiques communes à ces deux maladies, on trouve une faible diversité du microbiote intestinal pendant les premières semaines de vie4, 5. Les lactobacilles semblent en particulier moins présents chez les individus allergiques alors que ces bactéries sont connues pour limiter la prolifération de pathogènes dans l’intestin et favorisent l’immunorégulation en stimulant les réponses des lymphocytes T régulateurs. Et à l’inverse, on trouve une plus grande diversité bactérienne au niveau du microbiote ORL6 qui pourrait contribuer à une inflammation chronique et aux symptômes observés chez les patients.

Des probiotiques à l’essai

La prise en charge de la rhinite allergique repose aujourd’hui sur l’éviction de l’allergène et un traitement anti-histaminique préventif ou curatif. Des corticoïdes locaux peuvent aider à surmonter un épisode d’exacerbation. Des travaux de recherche s’orientent également vers une modulation du microbiote pour réduire le risque allergique à l'aide de probiotiques tels que L. plantarum et L. paracasei7, 8.

Sources
1. Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA) guidelines: 2010 Revision. The Journal of Allergy and Clinical  Immunology, septembre 2010, vol. 126(3): 466-476 http://www.jacionline.org/article/S0091-6749(10)01057-2/pdf
2. Dávila I, Mullol J, Ferrer M, Bartra J, del Cuvillo A, Montoro J, Jáuregui I, Sastre J, Valero A. Genetic aspects of allergic rhinitis. J Investig Allergol. Clin Immunol. 2009;19 Suppl 1:25-31. Review. PubMed PMID: 19476051.
3. Mullol J. et al. Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma Update (ARIA 2008) : the perspective from Spain. J Investig Allergol Clin Immunol 2008 ;18 :327-334 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18973095
4. Bisgaard H et al. Reduced diversity of the intestinal microbiota during infancy is associated with increased risk of allergic disease at school age. J Allergy Clin Immunol 2011 ; 128 : 646-52. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21782228
5. L.C.F.L. Melli et al. Intestinal microbiota and allergic diseases: A systematic review. Allergol Immunopathol (Madr). 2016;44(2):177-188 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25985709
6. Choi CH, Watanabe S et al. Seasonal allergic rhinitis affects sinonasal microbiota. Am Journal of Allergy, 2014 Jul;28(4):281-6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4101129
7. Peng GC et al. The efficacy and safety of heat-killed Lactobacillus paracasei for treatment of perennial allergic rhinitis induced by house-dust mite. Pediatr Allergy Immunol. 2005;16:433–8 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16101937 
8. Yang G. et al. Treatment of Allergic Rhinitis with Probiotics: An Alternative Approach. North American Journal of Medical Sciences, 5(8), 465–468. http://doi.org/10.4103/1947-2714.117299

Les pathologies

  • Pathologies articulaires

    Voir
  • Maladies cutanées

    Voir
  • Pathologies cardiovasculaires

    Voir
  • Pathologies pulmonaires

    Voir
  • Maladies gynécologiques

    Voir
  • Maladies psychiatriques et neurodégénératives

    Voir
  • Maladies urinaires

    Voir

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.