Sinusite

Les sinusites sont des infections chroniques de la muqueuse nasale et para-nasale dont les mécanismes physiopathologiques peinent à être pleinement élucidés. Des études portant sur le rôle du microbiote dans leur survenue se développent.

Si aucune étude n’a précisément déterminé l’incidence des sinusites parmi les infections ORL, on estime toutefois entre 0,5 et 5 % les complications d’une simple rhinopharyngite en sinusite1 (2 à 3 rhinopharyngites par an chez l’adulte, 6 à 8 chez l’enfant), ce qui en fait une pathologie relativement commune. Toutefois, si certaines bactéries ou virus ont clairement été identifiés lors de la survenue de rhinopharyngite, les mécanismes d’apparition de la sinusite restent mal compris.

Un microbiote en cours d’exploration

Une étude menée sur l’étiologie bactérienne de la sinusite a mis en évidence plusieurs profils bactériens :

-Haemophilus influenzae et Streptococcus pneumoniae sont les bactéries les plus fréquemment rencontrées dans les sinusites aiguës et subaiguës

-Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa et H. influenzae dominent dans les sinusites chroniques2.

Une autre étude a permis d’analyser la composition du microbiote naso-sinusien chez des individus atteints de sinusite : parmi les bactéries présentes, aucune ne semblait clairement dominante par rapport à la composition du témoin sain, les auteurs identifiant toutefois des phylas communs de Firmicutes, Actinobacteria et Bacteroides3.

Le microbiote naso-pharyngé d’individus sains a été comparé avec celui d’individus atteints de sinusite à partir d’échantillons de lavage du méat nasal4. Une analyse bactérienne et fongique a été effectuée. Qualitativement, parmi les phylas rencontrés, les cyanobactéries sont les plus abondantes ; deux espèces de Pseudomonas sont également retrouvées (y compris P. aeruginosa). Par ailleurs, le séquençage a montré la présence de Corynebacterium ainsi que Cryptococcus neoformans, décrite pour la première fois comme un constituant majeur du microbiote sinusal. Les mécanismes immunitaires de défense contre certaines bactéries semblent être à l’origine de la sinusite.

La prise en charge actuelle repose sur le traitement symptomatique (antalgiques, antipyrétiques et décongestionnants) voire l’antibiothérapie dans les cas les plus courants. L’exploration du microbiote naso-pharyngé et son impact sur le système immunitaire pourraient conduire à une prise en charge plus globale de la sinusite. Des études sont en cours sur l’intérêt potentiel des probiotiques dans le cas de  la sinusite5.

Sources : 
1. Wald ER. Epidemiology, pathophysiology and etiology of sinusitis. Pediatr Infect Dis. 1985;4:S51-4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/4080601
2. Fasquele D. et al. Epidémiologie des sinusites : étude de 326 prélèvements réalisés de 1993 à 1996. Médecine et Maladies Infectieuses (Elsevier), 27(8–9) p. 792-799. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0399077X978015763.
3. Anderson M. et al. A systematic review of the sinonasal microbiome in chronic rhinosinusitis. Am J Rhinol Allergy. 2016;30:161-6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27216345
4. Aurora R. et al. Contrasting the microbiomes from healthy volunteers and patients with chronic rhinosinusitis. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2013;139:1328-38. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24177790
5. Cleland EJ. Et al. Probiotic manipulation of the chronic rhinosinusitis microbiome. Int Forum Allergy Rhinol.  2014 ;4:309-14.

Les pathologies

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.