Malnutrition infantile

La malnutrition infantile n’est pas liée uniquement à un déficit ou un excès de prises alimentaires. Le microbiote intestinal serait impliqué.

Diverses formes de malnutrition

La malnutrition infantile regroupe plusieurs troubles nutritionnels incluant dénutrition, surpoids-obésité et carences en certains nutriments ou vitamines avec de lourdes conséquences sur le risque de développer d’autres maladies et sur le pronostic vital1. Selon une étude de l’OMS en 2011, 115 millions d’enfants de moins de 5 ans avaient un déficit pondéral. Par ailleurs, dans le monde, 30 % des enfants sont touchés par le surpoids et l’obésité dans les pays à économie émergente2. La malnutrition infantile causerait 3,1 millions de décès par an dont 45 % de la mortalité infantile en 20111.

Le microbiote intestinal en cause

Les cas de dénutrition sévère aiguë sont liés à des apports protéiques inadaptés, un stress oxydant ainsi que des perturbations du microbiote intestinal3-5. En effet,  des travaux ont montré des dysbioses intestinales chez les enfants souffrant de dénutrition aiguë. En outre, une transplantation fécale issue de ces jeunes patients chez des souris axéniques a entraîné une perte de poids marquée chez celles-ci5,6. Ces dysbioses concerneraient des bactéries, notamment des genres Escherichia, Streptococcus, Shigella, Enterobacter et Veillonella, impliquées dans l’utilisation des nutriments par l’intestin, l’extraction des calories à partir des aliments non digérés ou encore dans l’initiation des processus infectieux, notamment d’entéropathie6,7.

Par ailleurs, chez les enfants obèses, une étude montre que des modifications du microbiote intestinal précèdent la survenue du surpoids et de l’obésité8. La dysbiose pourrait entraîner une synthèse hépatique de novo de triglycérides et de glucose9.

La piste des probiotiques

La prise en charge de la dénutrition repose sur l’utilisation d’aliments de renutrition prêts à l’emploi dans les pays en voie de développement10 et l’OMS recommande l’utilisation concomittante d’antibiotiques à large spectre, renforçant encore une fois l’importance d’agir sur la flore de ces patients. Concernant l’obésité, elle repose sur des mesures hygiéno-diététiques.

A l’avenir, identifier les bactéries favorisant une bonne utilisation des nutriments et une prise de poids adaptée chez les mères ainsi que chez les jeunes enfants permettrait de réduire le risque de malnutrition et de morbi-mortalité associé7. Des travaux ont déjà montré que l’utilisation de certains probiotiques peut entraîner une prise de poids chez des enfants présentant une dénutrition aiguë11,12 et favoriser l’absorption de micronutriments7,13.

 

Sources : 
1- Black RE  et al. Maternal and child undernutrition and overweight in low-income and middle-income countries. Lancet 2013 ; 382 : 427-51.
 http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(13)60937-X/abstract
2- OMS http://www.who.int/mediacentre/factsheets/malnutrition/fr/
3- Ghosh TS et al. Gut microbiomes of Indian children of varying nutritional status. PLoS One 2014 ; 9 : e95547. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0095547
4- Monira S et al. Gut microbiota of healthy and malnourished children in bangladesh. Front Microbiol 2011 ; 2 : 228.
 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22125551
5- Smith MI et al. Gut microbiomes of Malawian twin pairs discordant for kwashiorkor. Science 2013 ; 339 : 548-54 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23363771
6- Blanton L  et al. Gut bacteria that rescue growth impairments transmitted by immature microbiota from undernourished children. Science. 2016 February 19; 351(6275)
7- Hermann E et al. Healthy gut microbiota can resolve undernutrition. Hepatobiliary Surgery and Nutrition 2017;6:141-143.
8- Kalliomaki M et al. Early differences in fecal microbiota composition in children may predict overweight. Am J Clin Nutr 2008 ; 87 : 534-8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18326589
9- Payne AN et al. The metabolic activity of gut microbiota in obese children is increased compared with normal-weight children and exhibits more exhaustive substrate utilization. Nutr Diabetes 2011 ; 1 : e12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3302137/
10- Collins S et al. Management of severe acute malnutrition in children. Lancet 2006 ; 368 : 1992-2000. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17141707
11- Kerac M et al. Probiotics and prebiotics for severe acute malnutrition (PRONUT study): a double-blind efficacy randomised controlled trial in Malawi. Lancet 2009; 374 : 136-44. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)60884-9/abstract
12- Angelakis E, Merhej V, Raoult D. Related actions of probiotics and antibiotics on gut microbiota and weight modification. Lancet Infect Dis 2013 ; 13 : 889-99.
 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24070562
13- Sheridan PO et al. Can prebiotics and probiotics improve therapeutic outcomes for undernourished individuals? Gut Microbes 2014 ; 5 : 74-82. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24637591

Les pathologies

  • Syndrome métabolique

    Voir
  • Maladies du foie

    Voir

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.