Le microbiote intestinal associé au pronostic après un épisode psychotique

Le microbiote intestinal pourrait jouer un rôle dans la rémission des  psychoses. Alors que la modification de sa composition est déjà associée à plusieurs maladies mentales de type dépression, Parkinson ou encore autisme, une équipe internationale a étudié ce lien chez des sujets présentant un premier épisode psychotique. Pour cela, ils ont recruté 28 patients âgés de 18 à 40 ans ayant connu délires et hallucinations ainsi que 16 sujets sains pris comme témoins. Ils ont analysé la composition du microbiote intestinal de l’ensemble des participants à l’inclusion puis ont revu les malades après deux mois et un an pour évaluer leur état de santé mental. Ce travail leur a permis de décrire des différences manifestes entre le microbiote intestinal des sujets malades et celui des personnes contrôles, en particulier pour le groupe des Lactobacillus. Plus les bactéries de ce groupe étaient nombreuses, plus les symptômes étaient sévères et le fonctionnement global des patients altéré. Autre constat, les malades chez qui les dysbioses étaient les plus marquées répondaient moins bien aux traitements et avaient des chances réduites de rémission à deux mois et à un an. Selon les auteurs, ces dysbioses n’étaient pas attribuables à des différences d’alimentation ou à l’influence de médicaments. Ces observations confirment l’importance de mieux explorer les liens entre microbiote et maladies psychotiques et suggèrent l’intérêt de la flore bactérienne pour améliorer les chances de guérison.

 

Sources
Schwarz E. et al. Analysis of microbiota in first episode psychosis identifies preliminary associations with symptom severity and treatment response. Schizophr Res. 2017 Apr 22. pii: S0920-9964(17)30204-9.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28442250

    Microbiote intestinal microbiote