Le syndrôme de fatigue chronique est associé à des dysbioses intestinales

Le microbiote intestinal pourrait jouer un rôle dans le syndrome de fatigue chronique et influencer sa sévérité. Ce trouble est caractérisé par une fatigue persistante non soulagée par le repos. Une étude parue dans Microbiome montre qu’il est associé à une dysbiose et des perturbations métaboliques de la flore intestinale. Les auteurs ont analysé sa composition chez 50 patients et autant de sujets témoins. Ils ont constaté des anomalies importantes chez les malades, tout particulièrement ceux présentant également un syndrome de l’intestin irritable qui est l’une des comorbidités fréquemment rencontrées. Les dysbioses observées étaient marquées par une augmentation de la quantité d’Alistipes et une diminution des Faecalibacterium. Les auteurs ont également relevé des dysbioses spécifiques du syndrome de fatigue chronique, indépendamment du syndrome du côlon irritable : augmentation de la quantité des Bacteroides non classés  et  diminution de l’espèce Bacteroides. vulgatus associés à une réduction de la biosynthèse d’acides gras insaturés. Ces travaux pourraient à terme permettre d’améliorer le diagnostic de ce trouble complexe, voire apporter des pistes thérapeutiques.


Sources
Nagy-Szakal D. et al. Fecal metagenomic profiles in subgroups of patients with myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome. Microbiome. 2017 Apr 26;5(1):44.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28441964