Le microbiote au quotidien

Pourquoi ne pas associer systématiquement antibiotiques et probiotiques ?

Lors d’antibiothérapies chez l’enfant ou l’adulte, le médecin peut recommander la prise de probiotiques en prévention de diarrhées.

Pourquoi ne pas généraliser la prise de probiotiques en prévention ?

Les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de généraliser l’utilisation systématique des probiotiques de manière préventive. Cependant, dans certaines situations, il est possible de recommander, en prévention, la prise de probiotiques spécifiques (Diarrhée Associée aux Antibiotiques, diarrhée du voyageur, infections respiratoires, cystites récidivantes, rhinites allergiques….).

Que signifie le mot dysbiose ?

La dysbiose est le reflet d’un déséquilibre du microbiote, faisant suite à des modifications quantitatives et qualitatives de la composition de la flore bactérienne. Elle est associée à des conséquences néfastes pour l’hôte qui peuvent être impliquées dans le développement de certaines maladies.

Peut-on traiter des troubles en agissant sur le microbiote intestinal ?

Actuellement, dans la prise en charge de certaines maladies (Diarrhée Associée Aux Antibiotiques, Syndrome de l’Intestin Irritable, Gastroentérite), on peut agir sur la flore intestinale avec un objectif de rééquilibrage en apportant des micro-organismes (bactéries, levures) favorables.

Peut-on protéger son microbiote intestinal ?

L’équilibre de la flore intestinale est en partie lié aux habitudes alimentaires. Une bonne hygiène alimentaire (notamment riche en fibres, pauvre en graisses) favorise le maintien d’un microbiote diversifié, de qualité et bénéfique pour son bon fonctionnement.

Où trouve-t-on le microbiote humain ?

On trouve un microbiote dans différentes parties du corps : peau, tube digestif, appareil respiratoire, appareil uro-génital…

Parkinson, autisme…: le microbiote, est-il impliqué ?

L’hypothèse du rôle du microbiote intestinal dans l’émergence de certaines maladies neurodégénératives est émise. Dans la maladie de Parkinson, une infection chronique de l’intestin par la bactérie Helicobacter pylori, troublant par la suite l’axe de communication intestin-cerveau, pourrait être en cause. Dans l’autisme, des déséquilibres du microbiote (dysbiose) ont été retrouvés chez des enfants malades, perturbant encore une fois les échanges intestin-cerveau. Pour d’autres cas, comme la maladie d’Alzheimer, le microbiote constitue une piste d’étude prometteuse pour découvrir l’origine de ces maladies.

Peut-on agir sur le microbiote ?

Il est possible de moduler le microbiote, pour cela on va chercher soit à stimuler la croissance des espèces microbiennes favorables en consommant des prébiotiques soit à apporter des micro-organismes bénéfiques en consommant des probiotiques. En parallèle, on mise sur une bonne hygiène nutritionnelle (riche en fibres, pauvre en graisses…). Dans certains cas, la transplantation fécale sera utilisée pour agir sur le microbiote et corriger la dysbiose (par exemple lors d’une infection à Clostridium difficile).

Quelle est la différence entre le microbiote intestinal et la flore intestinale ?

La « flore intestinale » est le terme ancien et couramment utilisé pour définir le microbiote intestinal. Les deux termes ont la même signification.

Quelle est la différence entre pré- et probiotique ?

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants spécifiques qui, en quantité suffisante, ont un effet bénéfique sur la santé. Les prébiotiques sont des fibres qui constituent des substrats nutritifs permettant la croissance des bactéries bénéfiques du microbiote. Probiotiques et prébiotiques ont des effets complémentaires.

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. Page suivante




Informations

Les informations délivrées dans ce site ne se substituent en aucun cas à un avis médical. En cas de questions, consultez un professionnel de santé.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.