Newsletter juin 2018

Newsletter juin 2018

by Dr Maxime Prost "Directeur Affaires médicales France" / Camille Aubry, PhD "Responsable Affaires médicales internationales"

Chers lecteurs, depuis une vingtaine d’années, la prévalence des allergies augmente fortement dans les pays développés et dans ceux en voie de développement. Toutes données confondues, elle atteint actuellement entre 20 et 30 % de la population mondiale. Une augmentation d’autant plus préoccupante qu’elle est observée chez les enfants en particulier. D’après la World Allergy Organization, un enfant européen sur quatre souffre d’une allergie. D’origine multifactorielle, les pathologies allergiques peuvent résulter à la fois de facteurs génétiques et environnementaux. C’est pourquoi les facteurs de risque et les facteurs aggravants comme la pollution ou le tabagisme sont de mieux en mieux caractérisés et pris en compte dans les traitements préventifs.


Dans ce contexte et sachant que le microbiote est impliqué dans le développement des réponses immunitaires, quel est le rôle des communautés bactériennes dans le développement des allergies ? À titre d’exemple, des données épidémiologiques récentes émanant de plusieurs études ont montré un rôle potentiel de la césarienne (donc une perturbation de la colonisation précoce du nouveau-né) dans le développement de l’asthme allergique. Pour apporter des éléments de réponse dans cette newsletter, le Pr Roberto Berni Canani (Naples, Italie) et son équipe analysent le niveau d’implication du microbiote intestinal dans la physiopathologie de l’allergie. Outre la mise en évidence d’une dysbiose en cas d’allergie alimentaire ou de dermatite atopique, de récents travaux montrent que la diminution des acides gras à chaîne courte produits par le microbiote en fonction de l’alimentation pourrait être impliquée dans le développement de l’allergie via le système immunitaire.

En complément de cette analyse détaillée est proposé un décryptage des travaux internationaux démontrant la présence de Fusobacterium nucleatum dans les tissus primitifs et métastatiques d’une majorité de patients atteints d’un cancer colorectal, ce qui évoque son rôle dans la progression tumorale. Dans un deuxième article commenté sont mis en évidence les mécanismes d’adaptation d’Escherichia coli (bactérie retrouvée en grande proportion chez les enfants atteints de mucoviscidose) à un milieu intestinal riche en graisses.

Un retour sur les points marquants du Gut Summit (10 et 11 mars à Rome, Italie) et du 25e congrès de l’UEG week (du 28 octobre au 1er novembre 2017 à Barcelone, Espagne) est une opportunité de rester informé sur les dernières avancées en matière de recherche. De même que la revue de presse, axée sur le potentiel rôle prometteur du microbiote intestinal dans l’efficacité des traitements anticancéreux par immunothérapie et sur le lien entre mode d’accouchement et microbiote de l’enfant dans la transmission intergénérationnelle du surpoids et de l’obésité.

Très bonne lecture !

CIBLER LE MICROBIOTE INTESTINAL POUR LUTTER CONTRE L'ALLERGIE

by Par le Pr Roberto Berni Canani, MD, PhD - Département des sciences médicales translationnelles, Naples, Italie

Vignette

Le microbiote intestinal (MI) dysbiotique joue un rôle important dans le développement des maladies allergiques, notamment alimentaires (AA). Le MI induit la maturation et le fonctionnement du système immunitaire ; or des facteurs génétiques, environnementaux et alimentaires peuvent modifier le microbiote commensal, ce qui provoque un dérèglement de la fonction immunitaire. Plusieurs facteurs responsables de la dysbiose ont été associés à la survenue d’allergies, tels que l’accouchement par césarienne, l’absence d’allaitement maternel, l’utilisation de médicaments (surtout antibiotiques et inhibiteurs de la pompe à protons) ainsi que l’usage d’agents antiseptiques et des régimes alimentaires à faible teneur en fibres et riches en graisses. Aucun taxon bactérien spécifique n’a été relié de manière systématique aux allergies, mais il a été insinué que la dysbiose intestinale se produit avant même que les allergies ne soient présentes. Les acides gras à chaîne courte (AGCC) sont des métabolites essentiels dérivés du MI, impliqués dans les interactions avec le système immunitaire. Cibler la composition et la fonction du MI représente ainsi une stratégie prometteuse pour lutter contre les maladies allergiques, en particulier contre les AA dans l’enfance.

RÔLE DE FUSOBACTERIUM DANS LE CANCER COLORECTAL

by Par le Pr Harry Sokol Gastro-entérologie et nutrition, Hôpital Saint-Antoine, Paris, France

Vignette

Les cancers colorectaux comprennent un mélange complexe de cellules malignes, de cellules non transformées et de micro-organismes. Fusobacterium nucleatum est parmi les espèces bactériennes les plus répandues dans les tissus du cancer colorectal (CCR). Ici, les auteurs démontrent que la colonisation des CCR humains avec Fusobacterium et son microbiome associé (y compris les espèces Bacteroides, Selenomonas et Prevotella) est maintenue dans les métastases distales. Ceci démontre la stabilité du microbiome entre les tumeurs primaires et métastatiques appariées. L’analyse par hybridation in situ a révélé que Fusobacterium est principalement associé aux cellules cancéreuses dans les lésions métastatiques. Dans des xénogreffes en souris d’adénocarcinomes colorectaux primaires humains, Fusobacterium et son microbiome associé restent viables malgré des passages successifs. Le traitement de souris portant une xénogreffe de cancer du côlon avec l’antibiotique métronidazole réduit la charge de Fusobacterium, la prolifération des cellules cancéreuses et la croissance tumorale globale. Ces observations plaident pour une étude plus approfondie des interventions antimicrobiennes en tant que traitement potentiel pour les patients atteints d’un CCR associé à Fusobacterium.

ADAPTATION DES ESCHERICHIA COLI COMMENSALES DANS LE TRACTUS INTESTINAL DE JEUNES ENFANTS ATTEINTS DE MUCOVISCIDOSE

by Par le Pr Emmanuel Mas Gastro-entérologie et nutrition, Hôpital des Enfants, Toulouse, France

Vignette

Le microbiote intestinal humain mature se met en place au cours des premières années de la vie, or des altérations des microbiomes intestinaux ont été associées à plusieurs problèmes de santé chez l’homme. Escherichia coli représente généralement moins de 1 % du microbiome intestinal humain, alors que dans la mucoviscidose, une relative abondance (> 50 %) est fréquente et corrélée à l’inflammation intestinale et à la stéatorrhée. Malgré la prolifération d’E. coli et autres protéobactéries dans des conditions impliquant une inflammation chronique du tractus gastro-intestinal, on sait peu de chose sur l’adaptation de caractéristiques spécifiques liées à l’expansion clonale du microbiote. Cette étude met en évidence qu’E. coli isolée à partir d’échantillons de selles de jeunes enfants ayant la mucoviscidose a adapté sa croissance à la présence de glycérol, un composant majeur des graisses. Les isolats d’E. coli issus de différents patients atteints de mucoviscidose révèlent un taux de croissance accru en présence de glycérol par rapport aux E. coli issues de sujets sains, tandis que des souches d’E. coli non associées à la mucoviscidose ont acquis de manière indépendante cette caractéristique de croissance. En outre, ces isolats des enfants ayant la mucoviscidose et des contrôles montrent une expression génique différentielle lorsqu’ils sont cultivés dans des milieux minimaux dont la seule source de carbone est le glycérol. Alors que les isolats des enfants ayant la mucoviscidose présentent un profil transcriptionnel favorisant la croissance, ceux des contrôles impliquent l’induction de stress et d’une phase stationnaire, ce qui peut entraîner des taux de croissance plus lents. Ces résultats mettent en évidence l’existence d’une sélection de caractéristiques uniques au sein du microbiome des personnes souffrant de mucoviscidose, qui pourrait contribuer au pronostic individuel de la maladie.

Afin de lire l'intégralité de l'article :
Télécharger

LE MICROBIOTE INTESTINAL MODULE LA RÉPONSE TUMORALE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER

by Par le Pr Ener Cagri Dinleyici Pédiatrie, Faculté de médecine de l’Université Eskişehir Osmangazi, Eskisehir, Turquie

Au cours des dix dernières années, des progrès remarquables ont été réalisés pour les patients atteints de cancer grâce à de nouvelles stratégies de traitement, notamment les inhibiteurs des points de contrôle immunitaires ciblant les antigènes associés aux lymphocytes T cytotoxiques (CTLA-4 ) et la protéine PD-1. Toutefois, les réponses thérapeutiques à ces nouvelles modalités de traitement sont souvent hétérogènes, et il a été signalé que certains patients n’y répondaient pas.

TYPE D'ACCOUCHEMENT ET OBÉSITÉ MATERNELLE PENDANT LA GROSSESSE

L’obésité est un problème de santé mondial chez l’enfant et chez l’adulte, or la composition et les altérations du microbiote ont été évaluées chez des personnes atteintes d’obésité. Il y a une tendance croissante à l’accouchement par césarienne dans le monde entier. Un poids maternel excessif ou une obésité pendant la grossesse sont associés à des taux plus élevés d’accouchement par césarienne, et les enfants nés par césarienne sont plus susceptibles de développer une obésité que ceux nés par voie basse.

Lire la suite
Télécharger

Retour de congrès

UEG Week

Barcelone - Espagne

Barcelone a accueilli du 28 octobre au 1er novembre 2017 la 25e édition de l’UEG week.

GMFH

Rome - Italie

La 7e édition du GMFH summit s’est déroulée à Rome du 9 au 11 mars 2018. Cette année encore, médecins et chercheurs de renommée internationale se sont réunis pour partager les dernières avancées scientifiques en matière de microbiote.

Lire la suite
Télécharger
Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez recevoir la newsletter