Lien entre microbiote intestinal maternel et naissances prématurées

Vignette

Des chercheurs ont montré que la composition du microbiote intestinal maternel jouait un rôle dans les naissances prématurées.

 

La prématurité est une cause de mortalité périnatale importante. Certains cas de naissances prématurées ayant été associés à une maladie inflammatoire chronique de l’intestin chez la mère, des chercheurs norvégiens ont recherché un lien éventuel entre composition du microbiote intestinal maternel et survenue d’une naissance avant-terme.

Ils ont étudié une cohorte de 121 femmes enceintes ayant accouché par voie basse. A partir de prélèvements fécaux réalisés 4 jours après l’accouchement, ils ont caractérisé génétiquement le microbiote intestinal de chaque femme et recherché une possible corrélation avec une naissance prématurée. Parmi les femmes ayant accouché avant terme (naissance avant 37 semaines), ils ont observé que le microbiote intestinal était moins diversifié que chez les femmes ayant accouché à terme : plus précisément, leur microbiote comportait moins de Bifidobacterium, Streptococcus et Clostridiales. L’association était plus importante lorsque l’on intégrait certains paramètres tels que l'âge de la mère, l’IMC, l’éducation, l’utilisation d'antibiotiques, la présence d’animaux de compagnie ou le tabagisme.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que, comme cela a été montré chez la souris, cette faible diversité induirait un syndrome métabolique qui entrainerait une réponse inflammatoire, laquelle provoquerait une sécrétion accrue de prostaglandines et donc un accouchement avant-terme. Ces résultats restent à confirmer sur une cohorte plus importante mais permettent d’envisager l’intérêt potentiel de traitements préventifs à base de pré-, pro- ou symbiotiques.

 

Sources :

Dahl C et al. Gut microbiome of mothers delivering prematurely shows reduced diversity and lower relative abundance of Bifidobacterium and Streptococcus. PLoS One 12(10) e0184336. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0184336