Maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI)

La maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (RCH) sont les deux principales maladies chroniques inflammatoires de l’intestin (MICI). Elles se caractérisent par une inflammation de tout ou partie du tractus digestif et voient leur prévalence mondiale augmenter, surtout dans les pays occidentaux.

Les MICI sont associées à des déséquilibres des populations de micro-organismes intestinaux. D’ordre bactérien (microbiote), mais aussi viral (virome) et fongique (mycobiote), ces dysbioses sont suspectées d’être à la fois la cause et la conséquence de la maladie et la signent parfois de manière spécifique.


L’altération de la barrière intestinale observée chez les patients est un élément majeur qui favorise la translocation bactérienne ainsi que l’inflammation locale et perturbe la réponse immunitaire innée (baisse des défensines dans la maladie de Crohn), exposant l’organisme à des pathogènes.

Au-delà des règles hygiéno-diététiques destinées à limiter l’inflammation intestinale, la modulation du microbiote apparaît comme une piste de prise en charge incontournable à l’avenir. Transplantation fécale ou prise de probiotiques pourraient rétablir les relations symbiotiques hôte/microbiote qui dysfonctionnent en cas de MICI.