Être né a la ferme préviendrait l'allergie de contact

Être né et élevé à la ferme protège contre les allergies, mais les mécanismes immunologiques sous-jacents restent mal compris. Pour tirer cela au clair, des chercheurs suisses ont comparé des groupes de souris - les unes nées et élevées à la ferme, les autres en laboratoire, certaines nées en laboratoire et transférées à la ferme - sur la peau desquelles ils ont appliqué des substances allergéniques. Ils ont ensuite étudié les modifications immunologiques impliquées dans la prévention allergique, ainsi que leur microbiote intestinal.

Une modulation précoce du microbiote

Sans surprise, les souris nées dans une ferme avaient moins tendance à développer une allergie de contact que celles élevées en laboratoire. En cas de transfert à la ferme, le risque était d'autant moins grand que le changement d'environnement survenait tôt dans leur vie. Le système immunitaire des souris de ferme était activé plus précocement, sécrétant davantage d'IL22, une molécule atténuant la réponse allergique. Par ailleurs, leur microbiote s'est enrichi avec l'âge, contenant davantage de bactéries aux propriétés immuno-modulatrices. Des résultats qui confirment que la ferme constitue un environnement protecteur contre les allergies de contact, estiment les auteurs.

 

Sources :
C. P. Frossard et al. The farming environment protects mice from allergen-induced skin contact hypersensitivity. Clinical & Experimental Allergy, 47, 805-814. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/cea.12905/epdf