Microbiote et allergies alimentaires infantiles : une association étudiée à la loupe

Une équipe de chercheurs américains a voulu mieux comprendre le lien éventuel de cause à effet entre composition du microbiote intestinal et survenue d’une sensibilisation et/ou d’une allergie à certains aliments chez l’enfant avant l’âge de trois ans.

 

Les allergies alimentaires peuvent induire des réactions très brutales et virulentes de l’organisme - on parle de choc anaphylactique – qui engagent le pronostic vital dans les cas extrêmes. La petite enfance est une période d’étude tout à fait particulière : les premiers mois de vie ont des conséquences sur la santé à long-terme, en particulier dans le domaine des allergies alimentaires.

La plus grande étude à ce jour

Plus de 200 enfants ont été intégrés à une étude prospective d’envergure. La composition précoce de leur microbiote intestinal a été décrite entre trois et six mois et leur sensibilisation ou allergie testée à l’âge de trois ans. Près de 40 % d’entre eux présentaient ainsi une sensibilisation alimentaire – très majoritairement au lait et en grande proportion aux œufs - et moins de 7 % ont déclaré entre l’âge de neuf mois et trois ans une allergie (œufs et arachides en tête). L’enquête révèle que la sensibilisation aux aliments varie selon l’origine ethnique de l’enfant, les petits afro-américains étant plus touchés que les autres groupes. Ce résultat, qui appelle des études complémentaires, n’est pas le plus étonnant : contrairement aux conclusions de précédentes études, les chercheurs n’ont pas enregistré de différence quant à la diversité microbienne des trois groupes d’enfants (sensibilisation, allergie, témoin).

Des différences sur certains genres bactériens

Quatre groupes bactériens étaient sous-représentés chez les enfants avec sensibilisation alimentaire et quatre autres l’étaient chez ceux ayant déclaré une allergie alimentaire. Certaines de ces bactéries sont déjà connues pour leur rôle dans des pathologies allergiques comme l’eczéma, l’asthme ou l’atopie - une prédisposition génétique à développer des allergies. Ces résultats soulignent le rôle protecteur de certaines bactéries vis-à-vis de certains allergènes. Cette évolution temporelle entre colonisation bactérienne et sensibilisation/allergie des enfants mise en évidence par l’étude semble faire de la composition du microbiote une cause du développement de leurs allergies alimentaires. Les mécanismes en jeu devront être explicités et les espèces et souches importantes dans l’apparition de l’allergie identifiées plus finement. Mais c’est un premier pas vers des stratégies de prévention ou des traitements reposant sur la modulation du microbiote intestinal infantile.

 

Sources :

 

Savage J., Lee-Sarwar K., Gordillo J. & al. A prospective microbiome-wide association study of food sensitization and food allergy in early childhood. Allergy. 2018;73:145–152