Prédire le risque d’asthme à partir du microbiote ?

L’immaturité du microbiote intestinal à l’âge d’un an augmenterait le risque de développer un asthme à cinq ans chez les enfants prédisposés car nés de mère asthmatique. Aider la maturation de la flore intestinale de ces enfants pourrait les protéger, selon les résultats d’une vaste étude danoise.

 

La composition du microbiote intestinal varie tout au long de la vie, sous l’influence de divers facteurs environnementaux. La première année de vie d’un enfant est une période particulièrement déterminante dans ce processus de maturation du microbiote, et la survenue de perturbations pourrait être à l’origine de l’asthme. L’analyse du microbiote d’un nourrisson pourrait-elle donc prédire le risque de survenue de la maladie ?

Un an de révolution microbienne

Pour répondre à la question, des chercheurs ont analysé les données issues d’une étude menée chez 690 enfants. Ils ont constaté que les modifications de la flore intestinale les plus importantes surviennent entre le premier et le douzième mois de vie du bébé, avant même l’apparition des premiers symptômes d’asthme : le microbiote intestinal se diversifie et le groupe bactérien dominant change. Cette évolution, indépendante du fait d’avoir une mère asthmatique, est associée à la présence de certaines bactéries et celle d’enfants plus âgés dans la famille, qui stimuleraient le système immunitaire du nouveau-né, accélérant la maturation de son microbiote.

Des facteurs déclenchants

Les auteurs n’ont cependant pas observé de lien entre immaturité du microbiote et risque ultérieur d’asthme chez tous les enfants : seuls sont concernés ceux nés de mère asthmatique. De quoi déduire, pour les chercheurs, que la prédisposition à développer un asthme et l’exposition à un environnement entravant la « bonne » maturation du microbiote durant la première année de vie sont des facteurs déclenchants. En poursuivant leurs analyses, les auteurs ont également identifié les huit genres bactériens prédictifs d’un asthme ultérieur.

Perspectives d’application

Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives dans le dépistage précoce de l’asthme, fondé sur l’étude du microbiote des nourrissons. Ils relancent par ailleurs l’intérêt d’une supplémentation en probiotiques pendant la grossesse ou dans les premiers mois de vie pour accélérer la maturation du microbiote et prévenir le développement de l’asthme chez les enfants à risque, concluent les auteurs.

 

Sources :

Jakob Stokholm et al. Maturation of the gut microbiome and risk of asthma in childhood. Nature communications (2018)9:141 DOI: 10.1038/s41467-017-02573-2