Syndrome de l'intestin irritable : vers une confirmation de l'intérêt des pro- et prébiotiques

Une analyse récente de la littérature scientifique soutient l'hypothèse qu'une dysbiose soit l’une des causes du syndrome de l'intestin irritable. Elle encourage à poursuivre les recherches sur l'intérêt des prébiotiques et des probiotiques.

 

Le syndrome de l'intestin irritable (SII) est une maladie digestive fréquente qui altère considérablement la qualité de vie des patients. Si ses causes restent floues, les scientifiques s'accordent sur le fait que le microbiote intestinal intervient dans son développement. Des travaux ont en effet montré que sa composition différait de celle des personnes saines et que l'apport de probiotiques pouvait être efficace. Déterminer la nature exacte de ces altérations pour élaborer une stratégie thérapeutique visant à rééquilibrer l'écosystème microbien s'avère donc crucial dans la prise en charge des patients.

Des chercheurs ont passé en revue 170 études menées sur le SII ; leur travail montre que, s'il n'existe pas de consensus concernant la nature des altérations affectant la composition du microbiote intestinal, il existe toutefois un faisceau de preuves en faveur d'une dysbiose dans plusieurs sous-groupes de patients. De même, malgré des résultats parfois contradictoires, l'approche thérapeutique reposant sur une restauration de l'équilibre microbien du microbiote intestinal à l'aide de probiotiques et de prébiotiques semble améliorer les symptômes du SII. Les chercheurs plaident donc pour la poursuite des travaux sur cette maladie d'origine multifactorielle et dans laquelle il existe des interactions entre le microbiote et son hôte, afin de mieux comprendre sa physiopathologie et développer des stratégies personnalisées efficaces.

 

Sources :

Fan et al. Close association between intestinal microbiota and irritable bowel syndrome. Eur J Clin Microbiol Infect 2017