Professionnels
de santé
Accès
grand public

Prostatite

Une inflammation de la prostate, ou prostatite, est le plus souvent d’origine infectieuse dans sa forme aiguë. Les atteintes chroniques impliqueraient plutôt un déséquilibre du microbiote urinaire.

Les prostatites affectent environ 10 % des hommes en population générale1. Les symptômes incluent brûlures et pollakiurie. Des douleurs pelviennes, périnéales ou rectales peuvent être associées ainsi que de la fièvre. 

Prostatite aiguë : une origine infectieuse

Les prostatites aiguës sont fréquemment déclenchées par une infection. Elles peuvent être la conséquence d'une contamination sexuelle (comme les chlamydias ou les gonorrhées) mais le plus souvent une entérobactérie en est la cause avec Escherichia coli impliquée dans 80 % des cas1

Le microbiote impliqué dans les formes chroniques

L’origine des prostatites chroniques est moins claire; des germes sont rarement isolés et la maladie serait multifactorielle. L’étiologie reposerait à la fois sur des facteurs infectieux, inflammatoires et sur le stress. Tous trois jouent un rôle important dans les interactions entre le microbiote et l’organisme2. Chez les patients, des corrélations entre les symptômes, le degré de sévérité de l’atteinte et une dysbiose du microbiote intestinal ont d’ailleurs été trouvées par rapport à des sujets sains2. Le microbiote urinaire est également perturbé avec une surreprésentation de Burkholderia cenocepacia3 ou encore des Clostridia4. La modification du microbiote urinaire par des traitements antibiotiques pourrait être à l’origine des formes chroniques5. Ces observations suggèrent l’utilisation de ces signatures bactériennes pour le diagnostic et leur modulation pour des traitements2

Les formes chroniques parfois difficiles à traiter

Les prostatites aiguës se traitent par une simple antibiothérapie6. La prise en charge des formes chroniques est plus difficile, nécessitant parfois une approche pluridisciplinaire compte tenu de l’étiologie plus complexe2. Les pistes probiotiques pour rééquilibrer le microbiote urinaire sont encore très préliminaires.

 

Sources :
1. Nickel JC et al.  Prevalence of prostatitis-like symptoms in a population based study using the National Institutes of Health chronic prostatitis symptom index. J Urol 2001 ; 165 (3) : 842-5 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11176483
2. Arora HC et al. Gut microbiome and chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome. Ann Transl Med. 2017 Jan;5(2):30 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28217695
3. Nickel JC et al. Search for Microorganisms in Men with Urologic Chronic Pelvic Pain Syndrome: A Culture-Independent Analysis in the MAPP Research Network. J Urol. 2015 Jul;194(1):127-35 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25596358
4. Shoskes DA et al. The urinary microbiome differs significantly between patients with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome and controls as well as between patients with different clinical phenotypes. Urology, 2016; 92: 26-32. http://www.goldjournal.net/article/S0090-4295(16)00267-3/abstract
5. Amarenco G. Microbiote urinaire et troubles mictionnels. Prog Urol 2015; 25,11:625-27. http://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/microbiote-urinaire-et-troubles-mictionnels.html
6. SPILF 2014.  Mise au point. Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l’adulte. http://www.infectiologie.com/UserFiles/File/medias/Recos/2014-infections_urinaires-long.pdf

Les pathologies

  • Cystite

    La cystite est déclenchée dans la plupart des cas par l’arrivée dans la vessie d’une souche d’Escherichia coli Voir

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter, merci de renseigner votre adresse email

Le BMI en bref

Le Biocodex Microbiota Institute, référence internationale sur les microbiotes

Voir

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez recevoir la newsletter