Magazine
Image
NL13_cover FR

Microbiota 13 - Octobre 2021

Chers lecteurs,

Le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII) relève du paradoxe. C’est un des troubles digestifs les plus connus… mais une énigme pour les cliniciens. Maladie multifactorielle, le SII est drapé de mystères : les causes sont mal connues, le diagnostic repose sur l’élimination d’autres pathologies et les traitements ciblent une amélioration des symptômes et non une guérison. Si la physiopathologie du SII n’est pas encore complètement élucidée, depuis quelque temps une piste se précise avec le microbiote intestinal qui jouerait un rôle majeur.

Dans cette édition, le Professeur Premysl Bercik (Université McMaster, Hamilton, Canada) met l’accent sur l’implication de l’axe microbiote-intestincerveau dans cette pathologie et apporte quelques réponses à cette énigme médicale.

Première question fondamentale, quel rôle pour le microbiote dans le SII ? Plusieurs arguments permettent d’envisager l’implication du microbiote. Primo, il est largement reconnu que les bactéries intestinales ont un impact sur la physiologie de l’intestin. Secundo, la gastroentérite d’origine bactérienne est le facteur de risque le plus important du SII. Tertio, la composition et le métabolisme du microbiote sont différents entre des patients atteins du SII et des patients en bonne santé. Enfin, les traitements dirigés vers le microbiote (antibiotiques, probiotiques) sont susceptibles d’améliorer les symptômes.

Autre question, comment se passe la communication entre l’intestin et le cerveau ? Le microbiote semble avoir un rôle clé dans ces interactions comme en témoignent les nombreuses études menées sur des modèles murins (animaux/précliniques). Des données cliniques suggèrent également une implication du microbiote dans les troubles cognitifs et du comportement liés à l’encéphalopathie hépatique, dans les troubles dépressifs et dans certains troubles anxieux.

Si des pistes restent à explorer quant à l’utilisation de probiotiques pour améliorer certains comportements dépressifs ou anxieux liés au SII, le voile se lève peu à peu sur l’énigme de cette pathologie.

Bonne lecture.

BMI 21.38

Publié le 01 octobre 2021
Mis à jour le 18 janvier 2022
Télécharger ce dossier

en_view en_sources