Grossesse et prise de poids : l’implication du microbiote intestinal

Vignette

Une étude finlandaise offre de nouveaux éléments sur l’étude du microbiote intestinal pendant la grossesse et son implication sur l’augmentation de la masse corporelle des femmes enceintes.

 

La grossesse est une période de grands bouleversements hormonaux, métaboliques et immunologiques. Le microbiote intestinal ne fait pas exception : on sait aujourd’hui qu’il est affecté par l’obésité maternelle et qu’il a un impact sur santé de la mère comme sur celle de l’enfant à naître. Des chercheurs ont voulu savoir s’il est également relié à la prise de poids des parturientes.

Deux populations bactériennes dominantes

L’analyse des microbiotes à 24 semaines de grossesse a montré sans étonnement une dominance de bactéries appartenant au phylum des Firmicutes (53,3 % des femmes) et des Bacteroidetes (45,9 %), deux phyla qui regroupent la majorité des bactéries composant la flore intestinale chez l’Homme. Les chercheurs ont ensuite divisé la cohorte en deux groupes selon la dominance en Firmicutes ou en Bacteroidetes (28 individus vs 18) afin de corréler ces données aux caractéristiques cliniques.

Gain de poids : quelle prédominance bactérienne ?

Les chercheurs ont ainsi montré que le gain de poids chez les mères au cours de la grossesse était supérieur dans le groupe à prédominance de Bacteroidetes alors que 61 % d’entre elles avaient un poids de départ normal. Parallèlement, le groupe Firmicutes – de taille plus conséquente –  était composé à 85,7 % de femmes de poids normal avant leur grossesse.  Cependant, aucune corrélation entre le BMI avant la grossesse et la composition du microbiote n’a pu être établie.

Une diversité bactérienne diminuée

Autre point essentiel : la diminution de la diversité bactérienne observée chez les mères Bacteroidetes-dominant. Le constat suggère qu’un un écosystème intestinal sain est corrélé à un degré élevé de diversité microbienne, contrairement aux pathologies inflammatoires intestinales ou à l’obésité par exemple. Cette étude soutient l’hypothèse du lien entre composition du microbiote digestif et prise de poids durant la grossesse. Malgré tout, des études supplémentaires devront être réalisées sur des cohortes plus importantes de femmes enceintes et prenant en compte les apports alimentaires, entre autres, afin d’approfondir cette relation.

 

Sources :

Aatsinki, A.-K. et al. Gut Microbiota Composition in Mid-Pregnancy Is Associated with Gestational Weight Gain but Not Prepregnancy Body Mass Index. J Womens Health (Larchmt) (2018). doi:10.1089/jwh.2017.6488