Le microbiote du tractus génital féminin renferme une grande diversité bactérienne

Vignette

L’appareil reproducteur féminin n’est pas stérile : outre le microbiote vaginal déjà connu, des chercheurs ont caractérisé une grande diversité de bactéries tout le long des organes reproducteurs.

 

Les connaissances sur le microbiote vaginal s’améliorent depuis plusieurs années pour des raisons d’accessibilité anatomique. Des chercheurs chinois sont allés plus loin en déterminant la composition du microbiote de chaque élément du tractus reproducteur féminin, du vagin jusqu’aux trompes de Fallope en passant par le col de l’utérus.

Des prélèvements ont été effectués au niveau de 6 zones (vagin, fornix postérieur, canal cervical, trompes de Fallope, endomètre, liquide péritonéal) chez 110 femmes volontaires en âge de procréer, puis la population bactérienne de chaque prélèvement a été caractérisée.

Premier constat : les différents organes ne sont pas stériles et abritent une population bactérienne extrêmement diversifiée tout le long du tractus : le vagin et l’utérus sont dominés par les Lactobacillus (L. crispatus, L. iners et autres Lactobacillus spp). Au niveau de l’endomètre, ces bactéries cèdent progressivement du terrain aux Pseudomonas, Acinetobacter, Vagococcus et Sphingobium, lesquelles proportions augmentent jusqu’au niveau des trompes de Fallope.

Second constat : les bactéries observées chez un même sujet varient en fonction du cycle menstruel et de la présence - ou non - de pathologies gynécologiques (tumeurs utérines bénignes, adénomyose, infertilité due à une endométriose). Cette étude fournit un aperçu de la nature du microbiote vaginal et utérin au sens large. Elle révèle aussi que l’analyse du microbiote en partie inférieure du tractus génital féminin peut être un indicateur de pathologies localisées dans la partie supérieure de l’appareil reproducteur (fibrome, endométriose, etc.). Ces résultats ouvrent la voie à d’autres études en lien avec les pathologies de cette région anatomique, y compris celles survenant durant la grossesse.

 

Sources :

Chen C et al. The microbiota continuum along the female reproductive tract and its relation to uterine-related diseases. Nature Communications 8, Article number: 875 (2017).