Cancer du foie : moduler le microbiote pour améliorer la réponse immunitaire ?

Vignette

La baisse des bactéries de la famille des Clostridium au niveau intestinal favoriserait l’accumulation des acides biliaires primaires. Un phénomène qui participerait à une expression renforcée de lymphocytes NKT anti-tumoraux au niveau hépatique.

 

Véhiculés jusqu’au foie par la veine porte, le microbiote et ses métabolites peuvent agir sur l’évolution d’un cancer hépatique. Cette observation a mené une équipe internationale à se pencher sur une potentielle régulation positive de l’immunité anti-tumorale via une action sur le microbiote intestinal. Objectif ? Préciser l’impact de la réduction des bactéries commensales sur l’évolution des taux d’acides biliaires primaires et secondaires*, et par conséquent de la réponse immunitaire. Les acides primaires favorisent en effet l’accumulation des lymphocytes Natural Killer T (NKT) producteurs d’interférons-gamma anti-tumoraux, alors que les acides secondaires ont une action inverse.

Dysbiose et régulation positive des lymphocytes NKT

Après administration d’un cocktail d’antibiotiques visant à détruire les bactéries commensales intestinales chez des souris souffrant de carcinome hépatique primitif ou métastatique, les chercheurs en ont évalué l’effet sur la cinétique de croissance tumorale. Conclusion : la diminution des espèces appartenant au genre Clostridium entraînait une élévation du nombre de cellules NKT, quel que soit le genre de la souris, sa lignée et son type de tumeur. La corrélation a été confirmée après colonisation par une bactérie connue pour métaboliser les acides biliaires primaires en acides secondaires - Clostridium scindens - chez des souris présentant un microbiote altéré. Cette « re-normalisation » a eu pour conséquence une réduction du nombre de cellules NKT, et donc une levée de l’inhibition de la croissance tumorale.

Transposition chez l’Homme

L’étude murine a ensuite été étendue chez l’Homme, sur des échantillons de tissus hépatiques non tumoraux provenant d’individus souffrant de cancer primaire du foie. Résultat : une régulation positive identique à celle observée chez la souris en cas d’accumulation d’acide biliaire primaire. De quoi suggérer un lien entre le microbiote intestinal, ses métabolites, et la réponse immunitaire hépatique ; une association qui pourrait augurer de nouvelles approches thérapeutiques dans le cancer du foie, cause majeure de décès en oncologie.

 

* Les bactéries gram-positives métabolisent les acides biliaires primitifs en acides secondaires.

** Les acides biliaires primaires accroissent la production de CXCL16-ligand des récepteurs CXCR6+ exprimés à la surface des cellules NKT responsables de la survie de la cellule et de son accumulation dans le foie- par les cellules endothéliales sinusoïdales hépatiques.

 

Sources :

C. Ma, M. Han, B. Heinrich, et al. Gut microbiome-mediated bile acid metabolism regulates liver cancer via NKT cells. Science 360 (6391), eaan5931. DOI: 10.1126/science.aan5931.