Le microbiote cutané impliqué dans les infections des brûlés ?

Vignette

Les victimes de brûlures voient leur microbiote cutané perturbé, y compris sur les surfaces de peau non lésées, ce qui pourrait favoriser les complications en cas de greffe cutanée autologue.

 

Les victimes de brûlures sont fortement sujettes aux infections (jusqu’à 19 % des patients hospitalisés dans les centres de traitement des brûlés, en France, en 2006) et aux chocs septiques. Des travaux de scientifiques américains suggèrent que la perturbation du microbiote présent sur les surfaces brûlées, mais aussi au niveau de la peau non lésée servant à des greffes autologues, en serait en partie responsable. Ils ont pour cela comparé le microbiote cutané de 9 personnes en bonne santé à celui de 9 victimes de brûlures (couvrant en moyenne 35 % de la surface du corps) : la composition du microbiote cutané des patients brûlés présentait des perturbations similaires sur le greffon de peau considéré sain et au niveau des plaies, notamment un enrichissement en certains taxons (Aeribacillus, Caldalkalibacillus et Nesterenkonia), et un appauvrissement en d’autres (Corynebacterium, des commensales fréquentes de la peau).

Certaines de ces perturbations microbiennes étaient corrélées à un risque accru de complications. Ainsi, la quantité de bactéries du genre Corynebacterium augmentait avec le risque d’infections au niveau de la plaie, tandis que celle des genres Staphylococcus et Propionibacterium  diminuait. Le risque de choc septique était quant à lui négativement corrélé à la quantité de bactéries des genres Corynebacterium et Enterococcus.

Analyser le microbiote cutané pourrait donc à l’avenir permettre d’identifier les patients à risque de complications, et le traitement des dysbioses cutanées pourrait diminuer le risque d’infection en cas de greffe autologue de peau.

 

Sources
Plichta JK et al. Cutaneous burn injury promotes shifts in the bacterial microbiome in autologue donor skin : implications for skin grafting outcomes. Shock. 2017 Oct.;48(4):441-448.