Microbiote urinaire: des spécificités en cas de cancer de la prostate

Le microbiote urinaire des personnes atteintes de cancer de la prostate héberge des agents pathogènes qui pourraient contribuer à la survenue et/ou au développement de ce cancer.

Telle est la conclusion d’une étude américaine, la plus exhaustive à ce jour, sur les liens entre microbiote urinaire et cancer de la prostate. De récents travaux ont montré que les infections bactériennes et l'inflammation chronique prostatique favorisaient le développement du cancer, incitant à identifier les espèces susceptibles d'être impliquées dans la physiopathologie de cette maladie. Ainsi, l'existence d’un microbiote urinaire pourrait favoriser l'exposition répétée de la prostate à différentes bactéries opportunistes compte tenu de la proximité de l'urètre.

Pour explorer cette piste, les chercheurs ont analysé la composition du microbiote urinaire de 129 personnes atteintes d’un cancer de la prostate avant biopsie de la prostate. Parmi elles, 63 présentaient une tumeur bénigne, 61 une tumeur maligne et 5 autres une tumeur initialement bénigne ayant évolué en cancer. Les résultats indiquent que les microbiotes urinaires de tous les participants étaient sensiblement équivalents, composés d'une soixantaine d'espèces dominées par le genre Corynebacterium, Staphylococcus, Streptococcus ou encore Lactobacillus ou Gardnerella. Néanmoins la présence d'un groupe de bactéries contenant Streptococcus anginosus, Anaerococcus lactolyticus, Anaerococcus obesiensis, Actinobaculum schaalii, Varibaculum cambriense et Propionimicrobium lymphophilum était plus souvent associée au cancer (70,8 % des cas). Or, toutes ces espèces sont impliquées dans des infections urogénitales dont des prostatites. Les chercheurs ont par ailleurs repéré davantage de pathogènes comme Ureaplasma parvum ou Ureaplasma urealyticum en cas de cancer et de Gardnerella vaginalis en cas d'inflammation chronique modérée à sévère de la prostate. Ces données ne permettent pas de conclure sur le rôle particulier de certaines bactéries dans ce cancer mais apportent un nouvel éclairage sur la composition du microbiote urinaire chez des patients atteints d’un cancer de la prostate. Elles suggèrent également la présence de bactéries pro-inflammatoires et d’uropathogènes chez les patients atteints de cancer de la prostate.

Source :
Shrestha E et al. Profiling the Urinary Microbiome in Men with Positive versus Negative Biopsies for Prostate Cancer. 5. J Urol. 2017 Aug 7. pii: S0022-5347(17)77253-9. doi: 10.1016/j.juro.2017.08.001.