Diarrhées post greffe rénale : le microbiote intestinal en cause

Vignette

Une dysbiose intestinale serait à l’origine de diarrhées chez des patients ayant reçu une greffe de rein. Un paramètre important à prendre en compte pour améliorer le diagnostic et la prise en charge.

 

Dans l’année suivant leur transplantation rénale, les patients greffés peuvent souffrir de diarrhées qui altèrent leur qualité de vie et peuvent conduire au rejet du greffon – voire au décès. Une équipe new-yorkaise a tenté de déterminer dans quelle mesure le microbiote intestinal des patients pouvait être impliqué dans la survenue de ces diarrhées. Les chercheurs ont collecté les échantillons de selles de 71 greffés du rein aux 1ère, 2ème, 4ème et 12ème semaines post-transplantation. Parmi eux, 25 ont souffert de diarrhées, dont 18 ont pu fournir des échantillons.

Altération de 16 genres bactériens

Il ressort que les patients souffrant de diarrhées avaient un microbiote intestinal moins diversifié et moins riche en 13 genres bactériens commensaux (Rumicococcus, Dorea, Coprococcus et Bacteroides notamment) déjà identifiés par cette même équipe dans une précédente étude. Inversement, les proportions d'Enterococcus, Escherichia et Lachnoclostridium étaient plus élevées, y compris dans les échantillons collectés hors période de prophylaxie antiobiotique - le traitement immunosuppresseur pouvant favoriser les infections.  Par ailleurs, excepté deux échantillons positifs à Yersinia enterocolitica, aucun patient n'était infecté par un pathogène connu pour provoquer des diarrhées – qu’il soit d’origine virale, parasitaire ou bactérienne. Le dosage de mycophénolate mofétil (MMF), l’un des traitements anti-rejet de référence, a également été analysé : certains praticiens choisissent en effet de diminuer les doses de MMF pour atténuer les diarrhées, au risque d’accroître le risque de rejet. Ici, la réduction de dose de MMF (1g vs. 2g par jour) n’a pas eu d’impact majeur sur la survenue des diarrhées.

Moins de glucides fermentés

Les diarrhées sont-elles donc causées par la dysbiose intestinale, ou en sont-elles la cause ? Deux patients ont vu leurs diarrhées cesser dans le mois suivant une transplantation de microbiote fécal ayant rétabli les proportions des 16 genres bactériens altérés, suggérant qu’une dysbiose intestinale serait à l'origine d’un trouble métabolique, responsable des diarrhées. Pour les chercheurs, le mécanisme en jeu serait le suivant : la plupart des bactéries dont l'abondance avait diminué dégradent les glucides complexes - glucose, fructose, pectine, entre autres - produisant au passage du butyrate, un acide gras à chaîne courte (AGCC) nécessaire au bon fonctionnement des cellules du côlon. Si ces résultats se confirmaient dans d’autres études incluant notamment l’alimentation des patients greffés rénaux, la correction des dysbioses intestinales permettrait d'améliorer la prise en charge des malades concernés.

 

Sources :

JR Lee et al. Gut microbiota dysbiosis and diarrhea in kidney transplant recipients. Am J Transplant, 2018 Jun 19