Existe-il un lien entre césarienne et retard cognitif chez l’enfant ?

Vignette

Une étude australienne compare les performances cognitives des enfants nés par césarienne à celles d’enfants nés par voie basse. Les premiers sembleraient accuser un retard par rapport aux seconds.

 

Alors que la proportion des naissances par césarienne ne cesse d’augmenter dans le monde, une nouvelle étude australienne pourrait amener à repenser la réalisation de certaines de ces interventions en dehors de ses indications médicales. Les chercheurs ont en effet mené une étude visant à comparer les performances cognitives des enfants de 4 à 9 ans nés par césarienne à celles d’enfants nés par voie basse sur un échantillon de 3666 enfants.

Pour cela, ils ont utilisé les données d’une cohorte nationale et analysé les résultats de tests scolaires mesurant notamment la maturité scolaire à 4-5 ans, le vocabulaire et la compréhension de 4 à 9 ans ainsi que la résolution de problèmes. Ils ont alors constaté que les enfants nés par césarienne obtenaient des résultats inférieurs à ceux des enfants nés par voie basse, jusqu'à un dixième de l'écart-type des résultats aux tests nationaux. Dans cet échantillon, ils ont également noté que les différences n’étaient pas corrélées à un plus faible taux d’allaitement ou à des problèmes de santé infantile ou maternelle.

Considérant le fait qu’une dysbiose a été retrouvée dans certaines pathologies impactant les performances cognitives (troubles autistiques ou de l’attention), les chercheurs s’interrogent sur le possible lien entre microbiote, mode d’accouchement et développement cognitif de l’enfant. En attendant d’autres études confirmant ces hypothèses, ils invitent les médecins à bien évaluer les risques avant de choisir le mode d’accouchement notamment pour les césariennes.

 

Sources :

Polidano C. et al. The relation between cesarean birth and child cognitive development. Scientific Reports 7: 1148