L’antibiotherapie affecte le microbiote chez l’enfant

Vignette

Les perturbations du microbiote intestinal induites par l’antibiothérapie chez l’enfant sont aujourd’hui bien documentées et peuvent  être associées à court terme à une augmentation de l’incidence des diarrhées, et à moyen ou long-terme à une augmentation du risque d’allergies ou d’asthme par exemple. Cette étude menée au Brésil a pour objectif de mettre en évidence l’impact de l’antibiothérapie sur le microbiote intestinal à la fois sur le plan qualitatif et quantitatif. Les auteurs montrent que l’administration d’antibiotiques, chez des enfants âgés de 3 à 12 ans, entraîne un déséquilibre écologique de la relation hôte-microbiote. Des échantillons de selles ont été recueillis chez des enfants hospitalisés (n = 31) et chez des enfants sains non traités (n = 30). La présence et la quantité de bactéries ont été évaluées par des méthodes de culture et par PCR quantitative. Ainsi, dans le groupe d’enfants recevant des antibiotiques, les chercheurs ont constaté un appauvrissement du microbiote intestinal tant en quantité qu’en qualité avec un déséquilibre favorisant la présence de certains pathogènes. Chez les enfants recevant des antibiotiques, ils ont observé, par culture bactérienne, une faible présence de Bifidobacterium spp. (54,8%), Bacteroides spp./Parabacteroides spp. (54,8%), Clostridium spp. (35,5%) et Escherichia coli (74,2%) par rapport aux enfants sans antibiothérapie (respectivement 100%, 80%, 63,3% et 86,6%,). Ces résultats ont été confirmés par l’analyse en PCR quantitative qui a montré un nombre de copies de gènes bactériens inférieur chez les enfants suivant un traitement antibiotique par rapport aux enfants sans traitement. Ces résultats suggèrent également la présence de mécanismes d’antibiorésistance qui pourraient favoriser certaines souches de bactéries au sein du microbiote.

 

Sources :
Fernades MR. et al. Alterations of Intestinal Microbiome by Antibiotic Therapy in Hospitalized Children. Microbioal drug resistance.2017, 23(1) : 56-62. http://online.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/mdr.2015.0320