Le microbiote intestinal : intermédiaire entre alimentation et cancer colorectal.

Vignette

Un régime alimentaire riche en fibres réduit le risque de cancer colorectal associé à la présence de Fusobacterium nucleatum.

 

De précédents travaux ont montré que F. nucleatum semble jouer un rôle important dans le cancer colorectal compte tenu de sa surreprésentation dans le microbiote intestinal des patients atteints et de sa capacité à réprimer la réponse immunitaire de l'hôte contre la tumeur. Or, le régime alimentaire influence directement la prévalence de cette bactérie au sein du microbiote intestinal : des personnes qui passent d'un régime riche en fibres à un régime pauvre en fibres voient leur concentration en F. nucleatum augmenter au niveau des selles.

A partir de ce constat, une équipe américaine a émis l’hypothèse du rôle d’intermédiaire que pourrait jouer cette bactérie entre « alimentation » et « augmentation du risque de cancer colorectal ». Pour cela, les chercheurs ont mis en place une étude prospective à partir des données des cohortes NHS (Nurses’ Health Study) et HPFS (Health Professionals Follow-up Study), incluant 137 217 participants. Ils ont classé ces individus selon leur régime alimentaire : riche en céréales complètes et en fibres (régime "protecteur") ou riche en viande rouge, céréales raffinées et sucre (type occidental qui augmente le risque de cancer) et ont étudié les 1 019 cas de cancers colorectaux survenus pendant les 26 à 32 ans de suivi de l’étude en recherchant systématiquement la présence de F. nucleatum dans les tumeurs (biopsie) après avoir extrait et amplifié l'ADN présent à la recherche de l’ADN bactérien. Les résultats montrent que ceux qui adhérent à un régime "protecteur" (forts consommateurs de fibres) présentent un risque relatif de cancer F. nucleatum+ (présence de F. nucleatum dans la tumeur) réduit de 57 % par rapport à ceux qui suivent un régime occidental (faibles consommateurs de fibres). Par contre aucune association n'a été retrouvée pour les tumeurs F. nucleatum - (absence de F. nucleatum dans la tumeur).

L’analyse des associations entre ces types de tumeurs et différents macronutriments montre par ailleurs que ce sont les fibres issues des céréales qui entraîneraient la baisse observée du risque de tumeur F. nucleatum + et non les graisses ou les protéines. Ces données confortent l'idée que l'effet protecteur de ces régimes alimentaires passerait par le microbiote intestinal et en particulier par la présence de F. nucleatum puisque l’effet des fibres ne fonctionne que chez les patients F. nucleatum positifs.

 

Sources :
Metha RS et al. Association of Dietary Patterns With Risk of Colorectal Cancer Subtypes Classified by Fusobacterium nucleatum in Tumor Tissue. JAMA Oncol. 2017 Jul 1;3(7):921-927. doi: 10.1001/jamaoncol.2016.6374.