Une dysbiose spécifique caractérise le cancer du côlon lié aux MICI

Vignette

Les perturbations du microbiote intestinal associées au cancer du côlon ne seraient pas les mêmes selon que ce dernier est lié ou non à une maladie inflammatoire chronique de l’intestin.

 

Parmi les 43 000 cas de cancer du côlon diagnostiqués chaque année en France, 0,4 % sont liés à des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), telles que la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. Or, si des déséquilibres du microbiote intestinal ont déjà été identifiés chez les patients atteints de MICI, ainsi que chez ceux atteints de cancer du côlon, aucune étude n’avait jusqu’à présent analysé les dysbioses associées spécifiquement aux cancers colorectaux liés aux MICI.

C’est à présent chose faite, grâce à une équipe franco-italienne, qui a comparé la composition des bactéries et champignons de la muqueuse intestinale de 7 patients atteints de cancer du côlon lié à une MICI à celle de 10 patients atteints d’une forme sporadique de ce cancer et 10 personnes saines (contrôle).

Les chercheurs ont ainsi observé que le microbiote bactérien de la muqueuse intestinale était différent en cas de cancer colique lié à une MICI en comparaison aux formes sporadiques et aux sujets sains.  En revanche, le microbiote fongique n’était pas modifié. Les patients présentant un cancer colique lié à une MICI avaient des concentrations plus importantes en  entérobactéries et  Sphingomonas et moins importantes en Fusobacterium et Ruminococcus en comparaison aux patients atteints de formes sporadiques.

Une observation qui suggère une spécificité « microbiologique » des cancers du côlon associés aux MICI par rapport aux formes sporadiques de ce cancer.

 

Sources :

Richard ML et al. Mucosa-associated microbiota dysbiosis in colitis associated cancer. Gut Microbes. 2017 Sep 15:0.