Comment la Covid-19 impacte-t-elle le microbiote intestinal ?

Actu PRO : Comment la Covid-19 impacte-t-elle le microbiote intestinal ?

L’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) est le récepteur clé du Sars-CoV-2, le virus responsable de la pandémie de Covid-19. Son expression à la surface luminale de l’intestin a conduit des chercheurs à s’interroger sur son rôle exact et sur l’impact de la Covid-19 sur le microbiote et l’épithélium intestinal.

 

Si la Covid-19 se manifeste généralement par des symptômes respiratoires, une proportion importante de patients souffre de troubles gastro-intestinaux, notamment de diarrhées, de vomissements et de douleurs abdominales. L’analyse de 35 études incluant 6 686 patients atteints de la Covid-19 montre dans 29 d’entre elles une prévalence des manifestations gastro-intestinales de 4 % et d’une anomalie de la fonction hépatique de 19 %. Ces symptômes étaient d’autant plus graves que la charge virale était élevée. En outre, dans environ 10 % des cas, les patients ne présentaient que des manifestations gastro-intestinales, sans aucun symptôme respiratoire.

Une dérégulation de l'ACE2 intestinale

Pour faire le lien entre troubles intestinaux et la Covid-19, les chercheurs se sont intéressés au rôle de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), récepteur de la protéine Spike1 du Sars-CoV-2, dans l’inflammation intestinale. Fortement exprimée dans l’intestin, son rôle est de contrôler l'absorption de certains acides aminés alimentaires tels que le tryptophane, qui joue un rôle important dans l'immunité. En effet, plusieurs études précliniques suggèrent que l'ACE2 dans l'intestin est un régulateur essentiel de l'inflammation intestinale. Chez un modèle de souris «ACE2 knockout »2, l’absence du gène ACE2 entraine une colite3 plus sévère. Dans un autre modèle où l’inflammation est induite par un stress, l’augmentation de l’expression de l’ACE2 est corrélée à une baisse de l’inflammation chez les animaux traités par un antihypertenseur4. Ainsi, un déficit de l’ACE2 accentue la susceptibilité de l'intestin à l'inflammation.

Une dysbiose intestinale durable ?

En outre, l'excrétion du virus via le tube digestif serait plus longue que celle par voie respiratoire. L’ARN du Sars-CoV-2 persiste dans les selles chez plus de la moitié des patients, même après un prélèvement nasopharyngé négatif, et jusqu’à 33 jours après la guérison symptomatique d'une lésion pulmonaire. Une étude sur 15 patients montre également une persistance de la dysbiose intestinale bien-au-delà de l’infection, avec une perte d’espèces bénéfiques chez la majorité des patients. L'exposition au Sars-CoV-2 pourrait donc être associée à des effets délétères plus durables sur le microbiote intestinal.

Pour les auteurs, en régulant à la baisse l'ACE2 intestinale, le Sars-CoV-2 modifierait le microbiote intestinal et augmenterait l'inflammation systémique, ce qui pourrait expliquer la défaillance multiple des organes observée dans la Covid-19.

 

1 La protéine Spike ou Protéine S, est la clé qui permet au Sars-CoV-2 de pénétrer dans les cellules humaines.

2 Souris « knockout » pour l’ ACE2 est modèle de souris pour lequel le gène ACE2 est absent

3 Modèle de colite induite par le Dextran Sulfate de Sodium (DSS)

4 Un médicament bloqueur des récepteurs de l’angiotensine (angiotensin receptor blocker = ARB)

 

Sources :

Penninger JM, Grant MB, Sung JJY. The Role of Angiotensin Converting Enzyme 2 (ACE2) in Modulating Gut Microbiota, Intestinal Inflammation, and Coronavirus Infection. Gastroenterology. 2020;S0016-5085(20)35327-0