Encéphalopathie hépatique : la greffe fécale per os bien tolérée

Vignette

Un essai clinique de phase 1 montre la bonne tolérance de la transplantation de microbiote fécal, administrée sous forme de gélules, à des patients atteints de cirrhose et susceptibles de développer une encéphalopathie hépatique.

 

Complication de l’insuffisance hépatique, l’encéphalopathie hépatique (EH) se manifeste par des troubles cognitifs plus ou moins graves, parfois irréversibles. Cette pathologie est liée à une dérégulation de l’axe intestin-foie-cerveau : une dysbiose intestinale est en effet observée dans la maladie et participe à l’inflammation systémique. Les traitements actuels, qui associent un prébiotique (le lactulose) à un antibiotique (la rifaximine) se révèlent inefficaces chez certains patients. C’est pourquoi une équipe américaine travaille au développement de stratégies alternatives.

Lavement vs. prise orale

En 2017, l’équipe avait testé la transplantation de microbiote fécal (TMF) administrée sous forme de lavement et conclu à ses effets bénéfiques : diminution du nombre d’épisodes d’EH, couplée à une amélioration des fonctions cognitives et du microbiote intestinal. Dans un nouvel essai clinique de phase 1, l’équipe vient d’évaluer la tolérance et les effets de la TMF sous une forme d’administration moins invasive attendue des patients : des gélules. Randomisés dans le groupe expérimental ou témoin, 20 patients atteints de cirrhose avec des antécédents d’EH (au moins 2 épisodes dans l’année précédente) ont ainsi reçu, en aveugle, 15 gélules TMF (donneur unique) ou un placebo, puis ont été suivis pendant 5 mois.

Un traitement bien toléré

Résultats ? Les gélules TMF se sont révélées bien tolérées par les patients, et sans effets indésirables. Ni le nombre d’épisodes d’EH, ni le nombre d’infections survenues pendant l’étude ne différaient entre les groupes. En revanche, une amélioration du score de performance obtenu à un test cognitif (sur deux tests réalisés) a été observée chez les patients du groupe TMF.

Microbiote : vers un retour à l’équilibre ?

Une augmentation de la diversité du microbiote au niveau de la muqueuse duodénale a également été mise en évidence dans le groupe TMF, ainsi qu’une augmentation des populations de Ruminococcaceae et de Bifidobacteriaceae et d’une diminution des Streptococcaceae et Veillonellaceae. Or ces deux dernières familles seraient associées à la progression de la cirrhose, quand les deux premières sont plutôt bénéfiques. En outre, cette amélioration du microbiote s’accompagnait d’une augmentation de l’expression de protéines participant à la fonction de barrière intestinale et de l’AMP (peptide antimicrobien), ainsi que d’une diminution de deux marqueurs de l’inflammation : l’expression de l’IL-6 dans le duodénum et le taux circulant de LBP (Lipopolysaccharide Binding Protein). Un espoir thérapeutique à confirmer.

 

Sources : 

Bajaj JS, Salzman NH, Acharya C et al. Fecal Microbial Transplant Capsules are Safe in Hepatic Encephalopathy: A Phase 1, Randomized, Placebo-Controlled Trial. Hepatology. 2019 Apr 30. doi: 10.1002/hep.30690.