Le microbiote cutané des grands prématurés à la loupe

Vignette

Un véritable répertoire du microbiote cutané des nouveau-nés prématurés : c’est ce que des chercheurs américains viennent de mettre à disposition de la communauté médicale. Ils viennent en effet de décrire sa composition et son évolution au cours des quatre premières semaines de vie. A l’origine de ces travaux : le constat que des infections sévères survenant chez ces enfants sont dues à des souches qui colonisent la peau. Staphylococcus et Candida sont par exemple impliqués dans des cas de septicémies. L’immaturité du microbiote cutané pourrait donc prédisposer à ces infections. Pour connaître la composition de celui-ci, les chercheurs ont effectué des prélèvements sur trois sites : le pli du coude, le front et les fesses, chez 15 grands prématurés nés avant 32 semaines de grossesse et autant d’enfants nés à terme. Leur analyse montre que les microbiotes sont identiques sur les trois sites mais globalement plus riches et diversifiés chez les enfants nés à terme. Chez les prématurés, les familles Proteobacteria et Firmicutes, notamment le genre Staphylococcus, sont prédominantes mais la diversité s’accroit rapidement. En outre, les auteurs montrent que ce microbiote cutané est perturbé par l’administration d’antibiotiques mais n’est pas différent selon le mode d’accouchement et le type d’allaitement. Les auteurs espèrent que ces travaux permettront le développement d’autres études avec pour objectif d’accélérer la maturation du microbiote cutané chez les prématurés, peut être à l’aide de pré ou probiotiques, en vue d’améliorer l’efficacité de la barrière cutanée et de réduire le risque d’infections.

Sources :
Pammi M et al. Development of the cutaneous microbiome in the preterm infant : A prospective longitudinal study. PLoS One. 2017 ;12:e0176669.