Le microbiote intestinal associé à la progression de la maladie de Parkinson

Vignette

Un déficit en Bifidobacterium chez les sujets atteints de la maladie de Parkinson serait prédictif d’une aggravation des symptômes dans les deux ans.

 

Un lien a déjà été établi entre la composition du microbiote intestinal et la maladie de Parkinson. Des chercheurs ont étudié la corrélation entre microbiote intestinal et progression de la neuropathie sur deux ans. Ils ont analysé, chez 36 patients présentant une maladie de Parkinson, la composition bactérienne d’échantillons fécaux à l’inclusion dans l’étude et deux ans après ainsi que leurs scores UPDRS*. A l’issue du suivi, ils ont classé ces sujets en deux groupes selon la progression des scores totaux d’UPDRS : un groupe « stable » et un groupe dont l’état de santé s’est détérioré. Les auteurs constatent un appauvrissement de la flore chez l’ensemble des sujets avec des différences entre les deux groupes selon les espèces, notamment une diminution rapide de Lactobacillus gasseri lors de la progression de la maladie.

En outre, des différences significatives permettent d’établir un lien entre la composition du microbiote à l’inclusion et la détérioration de l’état de santé deux plus tard. Ainsi, de faibles quantités de Bifidobacterium et Bacteroides fragilis au moment de l’inclusion étaient associées, deux ans après, à une dégradation du score de la section I de l’échelle UPDRS relative à l’état mental et au comportement. Un déficit en Bifidobacterium au moment de l’inclusion était notamment associé à une augmentation du risque de délires/hallucinations à deux ans, et un déficit en B. fragilis à une perte de motivations et d’initiatives.

Les auteurs suggèrent un rôle protecteur de Bifidobacterium vis à vis des symptômes psychiques qui s’expliquerait par son effet anti-oxydant et sa contribution à la libération de sérotonine dans le cerveau.

 

*Unified Parkinson Disease Rating Scale. Echelle de mesure de l’état du patient et de la progression de la maladie de Parkinson

 

Sources :

Minato T et al.  Progression of Parkinson's disease is associated with gut dysbiosis: Two-year follow-up study. PLoS One. 2017 Nov 1;12(11):e0187307.