Le microbiote intestinal pourrait avoir une action anti-cancereuse

Vignette

Si des facteurs environnementaux et génétiques ont déjà été clairement identifiés comme favorisant ou protégeant les individus de l’apparition d’un cancer, l’origine d’une grande part des cas reste encore aujourd’hui inexpliquée.

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs sino-canadienne a récemment développé, dans la revue Oncotarget, l’hypothèse selon laquelle le microbiote intestinal pourrait être un facteur négligé, pouvant lui aussi, selon son état, favoriser ou inhiber la cancérisation.

A l’appui de leur hypothèse, les scientifiques ont montré que les molécules produites par certaines bactéries intestinales, prélevées dans les selles de jeunes enfants et adultes, pouvaient diminuer la multiplication de différentes cellules tumorales (leucémies, cancer du col de l’utérus, de l’ovaire, du côlon…), à la fois en culture in vitro et chez des animaux de laboratoires.

Ces bactéries apparemment protectrices étaient variées sur le plan phylogénétique, bien que la plupart appartiennent à la famille des Actinobactéries, mais aussi dans une moindre mesure à celles des Firmicutes et des Proteobactéries.

Les auteurs de l’étude en concluent donc que les bactéries intestinales pourraient à l’avenir constituer une source de nouveaux médicaments anticancéreux, et suggèrent qu’il est d’autant plus important de préserver sa flore intestinale que celle-ci pourrait participer, lorsqu’elle est équilibrée, à protéger naturellement notre corps des cancers.

 

Sources :
Zhou Y-J et al. Cancer killers in the human gut microbiota: diverse phylogeny and broad spectra. Oncotarget, Advance Publications. 2017 Apr 21. http://www.impactjournals.com/oncotarget/index.php?journal=oncotarget&page=article&op=view&path[]=17319&pubmed-linkout=1