Les cremes antibiotiques perturbent le microbiote cutané

Vignette

L’élimination d’une partie des bactéries commensales de la peau par les antibiotiques et antiseptiques topiques pourrait favoriser les infections cutanées.

 

Si les antibiotiques pris par voie orale sont pointés du doigt pour leurs effets secondaires entrainant une perturbation de la flore intestinale, les conséquences de l’application de pommades antibiotiques et de gels antiseptiques sur la peau sont, elles, beaucoup moins connues. Or, une étude menée à l’Université de Pennsylvanie confirme que, en application topique aussi, les antibiotiques perturbent la composition du microbiote cutané, au point d’exposer la peau à un risque accru de colonisation par des bactéries pathogènes.

Pour le démontrer, les chercheurs ont appliqué sur la peau de souris différents antibiotiques (mupirocine ou mélange à large spectre de trois antibiotiques) et antiseptiques (alcool à 80° ou Bétadine). Les modifications observées dans la composition du microbiote  (particulièrement importantes suite à l’application d’antibiotiques à large spectre et  assez faibles suite à l’application d’antiseptiques) persistaient plusieurs jours après traitement, au point d’augmenter le risque d’infection par Staphylococcus aureus. Ce phénomène est notamment dû à la réduction des populations de staphylocoques commensaux. En effet, lorsque ces populations naturelles étaient renforcées, le risque d’infection pouvait être divisé par 100.

Les auteurs de l’étude appellent donc à un usage « judicieux » des crèmes antibiotiques et des antiseptiques.

 

Sources
SanMiguel AJ et al. Topical antimicrobial treatments can elicit shifts to resident skin bacterial communities and reduce colonization by Staphylococcus aureus competitors. Antimicrob Agents Chemother. 2017 Jun 19. http://aac.asm.org/content/early/2017/06/13/AAC.00774-17.long