Traumatisme crânien et dysbiose intestinale chez le rat ?

Vignette

Une découverte surprenante vient d’être faite chez l’animal : un traumatisme crânien pourrait conduire à une dysbiose intestinale, laquelle augmenterait le risque de complications infectieuses (souvent observées lors de ces traumatismes).

 

Le postulat semble étonnant : des chercheurs français se sont interrogés sur les causes de survenue d’infections post-traumatisme crânien. S’il est avéré que le traumatisme crânien induit souvent un état hyper catabolique auquel s’ajoutent des complications immunitaires et septiques, le lien avec le microbiote intestinal n’avait jamais été exploré. Ces chercheurs ont étudié le lien de causalité sur un modèle animal.

Ils ont étudié le microbiote intestinal chez des rats répartis en deux groupes, l’un témoin (n=7), l’autre avec un traumatisme crânien (n=12). Pour s’assurer que le transit intestinal ne soit pas perturbé, les rats étaient nourris par voie entérale comme les patients en soins intensifs ayant subi un tel traumatisme. Les auteurs ont observé que le traumatisme crânien diminue de façon significative la proportion de bactéries anaérobies (ex. Bacteroides, Prevotella, Clostridium et Bifidobacterium), habituellement représentatives du microbiote d’un individu sain, induisant ainsi une dysbiose. Dans une moindre mesure, ils ont également noté une réduction des Lactobacillus et Leuconostoc, bactéries connues pour avoir des effets bénéfiques chez l’individu sain, notamment un rôle de barrière contre les agents pathogènes. Ces données confirment les observations faites chez les patients en soins intensifs à la suite d’un traumatisme crânien, chez lesquels on peut observer une dysbiose et un affaiblissement de la barrière intestinale induisant un sepsis post-traumatique. Ces travaux pourraient ouvrir la voie à une prise en charge des complications infectieuses des patients ayant subi un traumatisme crânien via la restauration de l’homéostasie du microbiote intestinal.

 

Sources :

Waligora-Dupriet AJ et al. Head injury profoundly affects gut microbiota homeostasis: Results of a pilot study. Nutrition. 2018 Jan;45:104-107. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29129229