Adieu caries ? Peut-être, grâce à Lactobacillus plantarum !

Première maladie bucco-dentaire mondiale, la carie dentaire est un enjeu majeur de santé publique. Lactobacillus plantarum, une bactérie naturellement présente dans le microbiote buccal, pourrait en réduire la fréquence, révèlent des chercheurs sud-coréens.

 

Une carie mal soignée peut engendrer des problèmes cardiaques et économiques. Si une bonne hygiène bucco-dentaire (se laver les dents après les repas, entre autres) permet d’en limiter le développement, prévenir son apparition est un défi pour les années à venir. La piste bactérienne fait partie des options prometteuses.

Un processus lent bien connu

Les caries apparaissent lorsque la plaque dentaire, constituée principalement de protéines, de résidus aliments, de bactéries et de toxines (un mélange appelé « biofilm”), s’installe durablement sur la surface des dents. Pointées du doigt, les Streptococus mutans initient la formation du biofilm et sont considérées comme les principales responsables des caries. Ces bactéries transforment les glucides et sucres ingérés en acides qui attaquent l’émail avant d’atteindre la dentine, si rien n’est fait pour contrer leur progression. Et la carie est là. À l’inverse, d’autres bactéries du microbiote buccal ont un rôle protecteur Parmi elles, Lactobacillus plantarum joue un rôle unique : produire des molécules qui agissent efficacement contre les « mauvaises » bactéries pour empêcher leur adhérence.

Lactobacillus plantarum, une bactérie de première ligne

Or jusqu’à présent, son mécanisme d’action n’avait pas été réellement exploré. Les auteurs ont pu observer et mieux comprendre comment la bactérie Lactobacillus plantarum freinait la formation du biofilm initié par Streptococus mutans sur l’émail des dents et sur la dentine. Ils ont aussi montré que seule Lactobacillus plantarum avait cet effet bénéfique-là. Ce qui en fait une candidate très séduisante comme agent anti-carie ! Avant de poursuivre les investigations dans ce sens, et espérons-le, changer positivement la donne en matière de prévention des caries, il faudra s’assurer que Lactobacillus plantarum n’a pas d’effets délétères sur les autres espèces composant le biofilm bactérien de la plaque dentaire, concluent les chercheurs.

 

Sources :

Ahn KB, Baik JE, Park O-J, Yun C-H, Han SH (2018). Lactobacillus plantarum lipoteichoic acid inhibits biofilm formation of Streptococcus mutans. PLoS ONE 13(2): e0192694.