Le microbiote vaginal

Comment prendre soin de son microbiote vaginal ?

Le vagin abrite des centaines de bactéries1. Penchons-nous sur leur fonctionnement et voyons pourquoi il est important de prendre soin de son microbiote.

Publié le 22 septembre 2021
Mis à jour le 10 août 2023

A propos de cet article

Publié le 22 septembre 2021
Mis à jour le 10 août 2023

Sommaire

Chapitres

Qu’est-ce que le microbiote vaginal exactement ?

Le microbiote vaginal (ou flore vaginale) est composé de centaines de bactéries et d’une quantité plus faible de champignons (Candida) qui vivent dans le vagin1.

Chez la plupart des femmes, contrairement au microbiote intestinal, le microbiote vaginal est équilibré lorsqu’il montre une faible diversité (environ 200 espèces de bactéries) et lorsque les lactobacilles (bactéries en forme de bâtonnets) sont prédominants1.

Toutes les femmes ont un microbiote vaginal, mais aucune n’a le même. Pour le moment, cinq sortes principales de communautés bactériennes ont été décrites1,2:

Le microbiote vaginal est une communauté dynamique soumise à l’influence de différents facteurs tels que l’origine ethnique, les hormones sexuelles, la contraception hormonale, le comportement sexuel, l’utilisation de douches vaginales, le régime alimentaire, le tabagisme, l’environnement social (par exemple, le cadre de vie) et les gènes1,3.


Cependant, la flore vaginale n’est pas totalement isolée de son environnement. L’anus et l’entrée du vagin sont très proches l’un de l’autre, si bien que des bactéries intestinales peuvent coloniser le vagin. L’intestin constitue donc un réservoir naturel de lactobacilles pour le vagin, ce qui est important pour l’équilibre de la flore vaginale5,6,7.

Comment le microbiote vaginal évolue-t-il tout au long de la vie ?

Le corps évolue tout au long de la vie et le microbiote vaginal ne fait pas figure d’exception. La composition du microbiote vaginal subit d’importants bouleversements de l’enfance à la ménopause en passant par l’âge adulte1. Des changements hormonaux marquent le rythme de notre vie et ont également un impact sur le microbiote vaginal. Par exemple, la menstruation modifie temporairement la diversité du microbiote vaginal8. Celui-ci joue également un rôle important lors de l’accouchement1,10. Au cours de la grossesse, des changements physiologiques permettent l’adaptation du corps de la mère au fœtus et réciproquement9. Chez la femme enceinte, le microbiote vaginal est plus stable, moins riche et moins diversifié9, tandis que les taux élevés d’œstrogènes assurent la prépondérance absolue des lactobacilles1,8. Enfin, à la ménopause, le microbiote vaginal trouve un nouvel équilibre10.

Pourquoi le microbiote vaginal joue-t-il un rôle important pour la santé ?

Les bactéries du microbiote vaginal contribuent à maintenir un environnement vaginal sain1Certaines de ces bactéries, notamment les lactobacilles, empêchent les (sidenote: Microorganismes Organismes vivants qui sont trop petits pour être vus à l'oeil nu. Ils incluent les bactéries, les virus, les champignons, les archées, les protozoaires, etc… et sont communément appelés "microbes". Source : What is microbiology? Microbiology Society.
 
)
pathogènes de s’installer dans le vagin.
Pour expliquer ce phénomène, plusieurs mécanismes ont été proposés :

  • en produisant de l’acide lactique, le microbiote favorise un environnement acide (pH ≤ 4,5) qui est hostile pour de nombreux pathogènes11,12
  • certaines molécules produites par le microbiote, comme le peroxyde d’hydrogène (H2O2) ou des substances antibactériennes (bactériocines), attaquent les bactéries, les virus et les champignons considérés comme des intrus11,12 le microbiote agit comme une barrière, empêchant les pathogènes de s’installer sur les parois du vagin. La présence de lactobacilles accélère la rénovation de l’épithélium auquel les pathogènes pourraient essayer d’adhérer11,12
  • le microbiote facilite la production par l’épithélium vaginal d’un mucus protecteur qui maintient les pathogènes à distance11,12
  • en stimulant le système immunitaire de la femme, le microbiote améliore sa capacité à repousser les attaques de pathogènes11,12

Quelles sont les maladies associées à un déséquilibre du microbiote vaginal ?

Stress, maladie, excès d’hygiène (douches vaginales), médicaments (antibiotiques, etc.), alcool, tabac… tous ces facteurs peuvent affecter la composition du microbiote vaginal.8, Lorsque celui-ci est déséquilibré, il se produit ce que l’on appelle une «  (sidenote: Dysbiose La « dysbiose » n’est pas un phénomène homogène : elle varie en fonction de l’état de santé de chaque individu. Elle est généralement définie comme une altération de la composition et du fonctionnement du microbiote, provoquée par un ensemble de facteurs environnementaux et liés à l’individu, qui perturbent l’écosystème microbien. Levy M, Kolodziejczyk AA, Thaiss CA, et al. Dysbiosis and the immune system. Nat Rev Immunol. 2017;17(4):219-232. )  » 8,11.

La dysbiose vaginale se caractérise par la perte de prédominance des lactobacilles – les bactéries les plus importantes de la flore vaginale –, ce qui ouvre la voie à des microorganismes opportunistes capables de coloniser le vagin8,11. Si leur présence est souvent accompagnée de pertes vaginales, de prurit et d’une sensation de brûlure, ou encore d’une odeur de poisson, elle peut tout aussi bien être asymptomatique8.

La dysbiose vaginale peut être associée à:

  • une vaginose bactérienne liée à la colonisation par des bactéries pathogènes1 
  • une candidose provoquée par la prolifération d’un champignon8 
  • une diminution de la fécondité11
  • une augmentation du risque d’accouchement prematuré1

A savoir

Il convient de garder à l’esprit que les femmes souffrant de vaginose bactérienne sont plus exposées au risque d’infections sexuellement transmissibles (IST) comme l’herpès, le papillomavirus, le SIDA (VIH) ou encore d’infections bactériennes (gonorrhée, chlamydiose, trichomonase)3,14.

Compte tenu des facteurs ayant un impact direct sur notre microbiote vaginal, comment pouvons-nous en prendre soin?

Il est essentiel de prendre soin de son microbiote vaginal. L’hygiène intime quotidienne est primordiale pour éviter les dysbioses. Comme les réseaux sociaux véhiculent pléthore de fausses informations, il est important de bien comprendre les choses qu’il faut faire et celles qu’il ne faut pas faire.

Au quotidien :

Si les douches vaginales ne sont pas recommandées car elles altèrent la flore vaginale, le lavage extérieur de la vulve avec un gel conçu spécialement pour l’hygiène intime15 contribue à réduire l’accumulation indésirable de pertes vaginales, de sueur, d’urine et de contaminants fécaux16.


Afin de contribuer à la bonne santé du microbiote vaginal...

... l’hygiène reste bien sûr nécessaire15 mais elle n’est pas suffisante. Un certain nombre d’options existent déjà pour le microbiote vaginal et d’autres en sont au stade d'essai :

  • Probiotiques: les probiotiques sont des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantité appropriée, produisent des effets bénéfiques sur la santé de l’hôte17,18. Ils sont notamment capables de réduire ou de corriger sans danger les déséquilibres du microbiote. Les probiotiques féminins administrés par voie orale ou vaginale peuvent contribuer à restaurer la flore vaginale, à améliorer les symptômes et à réduire le risque de récidive de différentes infections vaginales13,19,20,21. Cela est vrai aussi bien pour les femmes en âge de procréer que pour les femmes ménopausées13,20,21.
  • Prébiotiques: les prébiotiques sont des fibres alimentaires non digestibles qui exercent des effets positifs sur la santé et qui sont utilisés de manière sélective par les microorganismes bénéfiques du microbiote de l’hôte22,23. Les produits spécifiques associant probiotiques et prébiotiques sont appelés « symbiotiques »24. Les prébiotiques féminins sont censés favoriser la prolifération des lactobacilles et contribuer à la normalisation de l’acidité vaginale19,25,26.

Ce n’est pas tout !

Des études récentes ont placé sous la lumière des projecteurs d’autres options thérapeutiques reposant sur une modification du microbiote vaginal, comme la transplantation de microbiote vaginal (TMV). La TMV s’inspire de la transplantation de microbiote fécal et consiste à greffer le microbiote vaginal d’une femme en bonne santé à une femme souffrant de dysbiose vaginale. La TMV représente une option prometteuse pour le traitement de la vaginose bactérienne réfractaire ou récurrente même si, à ce jour, elle n’a été testée que chez un nombre très réduit de patientes (5 en 2019)27.

Toutes les informations contenues dans cet article proviennent de sources scientifiques autorisées. Ne perdez pas de vue toutefois que ces informations ne sont pas exhaustives. Consultez ici l’ensemble des études d’où nous avons tiré ces informations.

L'Observatoire International des Microbiotes

Découvrir les résultats 2023
Sources

Greenbaum S, Greenbaum G, Moran-Gilad J, et al. Ecological dynamics of the vaginal microbiome in relation to health and disease. Am J Obstet Gynecol. 2019 Apr;220(4):324-335.

Petrova MI, Lievens E, Malik S, et al. Lactobacillus species as biomarkers and agents that can promote various aspects of vaginal health. 2015 Front. Physiol. 6:81.

Lewis FM, Bernstein KT, Aral SO. Vaginal Microbiome and Its Relationship to Behavior, Sexual Health, and Sexually Transmitted Diseases. Obstet Gynecol. 2017;129(4):643-654.

Petricevic L, Domig KJ, Nierscher FJ, et al. Characterisation of the oral, vaginal and rectal Lactobacillus flora in healthy pregnant and postmenopausal women. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2012;160(1):93-99.

Reid G, Bruce AW, Fraser N, et al. Oral probiotics can resolve urogenital infections. FEMS Immunol Med Microbiol 2001;30: 49–52.

Antonio MA, Rabe LK, Hillier SL. Colonization of the rectum by Lactobacillus species and decreased risk of bacterial vaginosis. J Infect Dis 2005;192:394–8.

Hilton E, Isenberg HD, Alperstein P, et al. Ingestion of yogurt containing Lactobacillus acidophilus as prophylaxis for candidal vaginitis. Ann Intern Med 1992;116:353–7

8  Amabebe E, Anumba DOC. The Vaginal Microenvironment: The Physiologic Role of Lactobacilli. Front Med (Lausanne). 2018 Jun 13;5:181.

9  Gupta P, Singh MP, Goyal K. Diversity of Vaginal Microbiome in Pregnancy: Deciphering the Obscurity. Front Public Health. 2020 Jul 24;8:326.

10 Petrova MI, van den Broek M, Balzarini J, et al. Vaginal microbiota and its role in HIV transmission and infection. FEMS Microbiol Rev. 2013;37(5):762-792

11 Younes JA, Lievens E, Hummelen R, et al. Women and Their Microbes: The Unexpected Friendship. Trends Microbiol. 2018 Jan;26(1):16-32.

12 Kovachev S. Defence factors of vaginal lactobacilli. Crit Rev Microbiol. 2018 Feb;44(1):31-39.

13 Riepl M. Compounding to Prevent and Treat Dysbiosis of the Human Vaginal Microbiome. Int J Pharm Compd. 2018 Nov-Dec;22(6):456-465.

14  Torcia MG. Interplay among Vaginal Microbiome, Immune Response and Sexually Transmitted Viral Infections. Int J Mol Sci. 2019;20(2):266.

15 Bohbot JM, Rica E. Microbiote vaginal, la révolution rose. Editions Marabout. 288 p.

16 Chen Y, Bruning E, Rubino J, et al. Role of female intimate hygiene in vulvovaginal health: Global hygiene practices and product usage. Womens Health (Lond). 2017;13(3):58-67.

17 FAO/OMS, Joint Food and Agriculture Organization of the United Nations/ World Health Organization. Working Group. Report on drafting  guidelines for the evaluation of probiotics in food, 2002.

18 Hill C, Guarner F, Reid G, et al. Expert consensus document. The International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics consensus statement on the scope and appropriate use of the term probiotic. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2014;11(8):506-514.

19 Gupta P, Singh MP, Goyal K. Diversity of Vaginal Microbiome in Pregnancy: Deciphering the Obscurity. Front Public Health. 2020 Jul 24;8:326.

20  de Vrese M, Laue C, Papazova E, et al. Impact of oral administration of four Lactobacillus strains on Nugent score - systematic review and meta-analysis. Benef Microbes. 2019;10(5):483-496.

21 Bohbot JM, Daraï E, Bretelle F, et al. Efficacy and safety of vaginally administered lyophilized Lactobacillus crispatus IP 174178 in the prevention of bacterial vaginosis recurrence [published correction appears in J Gynecol Obstet Hum Reprod. 2018 Apr;47(4):177]. J Gynecol Obstet Hum Reprod. 2018;47(2):81-86.

22 Gibson GR, Roberfroid MB. Dietary modulation of the human colonic microbiota: introducing the concept of prebiotics .J Nutr, 1995; 125:1401-12.

23 Gibson GR, Hutkins R, Sanders ME, et al. Expert consensus document: The International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics (ISAPP) consensus statement on the definition and scope of prebiotics. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2017;14(8):491-502.

24 Markowiak P, Śliżewska K. Effects of Probiotics, Prebiotics, and Synbiotics on Human Health. Nutrients. 2017;9(9):1021.

25 Collins SL, McMillan A, Seney S, et al. Promising Prebiotic Candidate Established by Evaluation of Lactitol, Lactulose, Raffinose, and Oligofructose for Maintenance of a Lactobacillus-Dominated Vaginal Microbiota. Appl Environ Microbiol. 2018;84(5):e02200-17.

26 Shmagel A, Demmer R, Knights D, et al. The Effects of Glucosamine and Chondroitin Sulfate on Gut Microbial Composition: A Systematic Review of Evidence from Animal and Human Studies. Nutrients. 2019 Jan 30;11(2):294.

27 Lev-Sagie A et al. Vaginal microbiome transplantation in women with intractable bacterial vaginosis. Nat Med. 2019 Oct 7.

BMI-21.12

    A lire aussi