Obésité et surpoids : Le microbiote influence-t-il notre tour de taille ?

Véritable fléau mondial, l’obésité a connu une hausse spectaculaire en 30 ans seulement. Elle n’épargne aujourd’hui presque plus aucune région du monde et la mortalité causée par la sur-alimentation dépasse désormais celle causée par le manque de nourriture.

Trop de graisses, trop de sucres, pas assez d’activité physique… La maladie est encore trop souvent associée à la malbouffe et à la sédentarité. Mais d’autres facteurs, moins connus, pourraient pourtant peser dans la balance : l’hérédité, l’environnement de vie quotidien, et surtout un défaut dans la communication entre notre cerveau et notre intestin.

En lien avec notre matière grise, l’armada de micro-organismes hébergée dans notre ventre impacterait donc nos comportements alimentaires (appétit, sentiment de satiété, humeur, circuits de récompense…), notre métabolisme (stockage des graisses, taux de sucre dans le sang…), notre immunité (maintien de l’inflammation) et l’étanchéité de notre barrière intestinale.

Si surveiller le contenu de son assiette s’avère indispensable dans tous les cas, la chirurgie bariatrique donne de bons résultats dans les formes les plus sévères de la maladie. Mais l’arsenal disponible pourrait bien s’orienter vers une approche personnalisée et intégrer, à l’avenir, des actions sur le microbiote intestinal.

BMI-20.21

Sommaire