Asthme allergique : la sévérité en lien avec le microbiote respiratoire

Vignette

La fonction respiratoire en cas d’asthme allergique modéré à sévère est conditionnée par le type d’inflammation locale ainsi que la composition du microbiote respiratoire.

 

La fonction pulmonaire des personnes souffrant d’asthme allergique présentant des symptômes modérés à sévères dépend de l’inflammation des voies aériennes inférieures qui dépend elle-même de la composition du microbiote local. Des chercheurs américains ont analysé les liens entre ces différents paramètres chez 13 jeunes adultes présentant un asthme cliniquement comparable, avant et après un traitement par propionate de fluticasone, et chez des sujets contrôles (volontaires sains non-traités).

Pour cela, ils ont procédé à un lavage broncho-alvéolaire qui leur a permis de décrire les cytokines et chimiokines présentes ainsi que la composition du microbiote respiratoire. Ils ont ainsi distingué deux groupes de patients asthmatiques. Le groupe AP1 présentait un déficit en G-CSF, IFN-γ, et IL-17F et le second groupe (AP2), un déficit en IL-2 et IL-10 et un excès de MIP-1β et TNF-α. Ce second profil était corrélé à une obstruction bronchique plus importante et une diminution de la fonction respiratoire (mesure FEV1*). Les auteurs ont aussi identifié un groupe de cytokines incluant MIP-1β et TNF-α négativement corrélé à la fonction pulmonaire.

Ces profils inflammatoires étaient eux-mêmes associés à une composition spécifique du microbiote respiratoire avec au moins sept espèces différemment représentées dans ces deux groupes. L’excès de MIP-1β était par exemple associé à une augmentation de Streptococcus pneumoniae et le déficit d’IL-2 à une diminution des Enterococcus. Mais le traitement de six semaines par propionate de fluticasone qui a réduit efficacement l’obstruction bronchique chez 12 des patients sur 13, et a gommé ces différences de phénotypes avec une baisse de MIP-1β et de TNF-α, une augmentation d’IL-2, et une perte de corrélation entre type d’inflammation et microbiote respiratoire, confirmant le lien entre fonction respiratoire, inflammation et microbiote.

 

*FEV1 : Forced Expiratory Volume  in 1 second ou Volume Expiré Maximum en 1 Seconde (VEMS) ou en anglais FEV1).

 

Sources :

Turturice B et al. Atopic asthmatic immune phenotypes associated with airway microbiota and airway obstruction. PLoS One. 2017 Oct 20;12(10):e0184566