Un lien établi entre microbiote intestinal et infections respiratoires

Vignette

Comment le microbiote intestinal influe-t-il sur la survenue de maladies respiratoires ? Des chercheurs australiens compilent les données les plus récentes.

 

S’il est établi qu’une dysbiose des microbiotes intestinal et respiratoire peut affecter la réponse immunitaire et entraîner des désordres au niveau pulmonaire, les mécanismes demeuraient jusqu’à présent flous. Des chercheurs australiens se sont intéressés à ces liens et livrent leurs premières observations. Ils expliquent ainsi de quelle manière les microbiotes de l’intestin et des poumons interagissent : outre le transfert physique de certaines espèces bactériennes (par aspiration ou ingestion), c’est via des cytokines et des composés bactériens comme les lipo-polysaccharides (LPS) par exemple, que naissent les phénomènes inflammatoires engendrant certaines pathologies dans les poumons. Dans le cas de l’asthme, par exemple, les chercheurs ont identifié qu’une baisse de LPS (observée dans les selles) était corrélée avec un risque de développer la maladie. Dans le cas des infections respiratoires, les travaux récents mettent l’accent sur le rôle protecteur du microbiote intestinal : son déséquilibre peut perturber les mécanismes de défenses immunitaires vis-à-vis des virus ou des bactéries à l’origine d’infections respiratoires. L’apport de certaines souches probiotiques peut d’ailleurs s’avérer bénéfique dans ces circonstances. Plus largement, cette étude montre que le microbiote intestinal semble fortement impliqué dans la physiopathologie de certaines maladies respiratoires laissant présager de nouvelles voies thérapeutiques.

 

Sources

Budden KF et al. Emerging pathogenic links between microbiota and the gut–lung axis. Nature reviews Microbiology 15, 55–63 (2017)