Grand
Public
Accès
Pro

Vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne reflète un déséquilibre de la flore vaginale bactérienne, différents germes pathogènes peuvent être impliqués. Des traitements par probiotiques ont été évalués, notamment en prévention des rechutes.

Les vaginoses bactériennes sont des affections fréquentes chez la femme adulte, survenant au moins une fois chez 10% des femmes, dans 10 à 30 % lors de la grossesse. Ces affections se manifestent par des irritations locales et des pertes malodorantes. Elles ne sont pas transmissibles sexuellement et certains facteurs de risque ont été décrits : les douches vaginales, les stérilets et le tabagisme. Les vaginoses peuvent en revanche favoriser l’acquisition de maladies sexuellement transmissibles telles que l’herpès ou le VIH….

Un déséquilibre de la flore vaginale

Les vaginoses bactériennes sont avant tout le reflet d’un déséquilibre du microbiote vaginal, plus qu’une infection au sens strict. L’écosystème vaginal change en effet lors des différents épisodes de la vie de la femme (cycle menstruel, grossesses, puberté, ménopause), avec l’activité sexuelle, la contraception et selon l’hygiène. Chez les femmes en bonne santé et en période d’activité génitale (période entre la puberté et la ménopause), il est dominé par certains types de bactéries (lactobacilles). En cas de vaginose, il a été observé une réduction de ces « bonnes » bactéries et une prolifération de bactéries « nocives ».

Antibiotiques et probiotiques

Le traitement habituel de la vaginose bactérienne par antibiotique est d’efficacité limitée. En raison du déséquilibre de la flore vaginale, notamment par un appauvrissement en « bonnes » bactéries, des rechutes peuvent survenir. Pour restaurer cet équilibre, l’administration de probiotiques par voie vaginale ou orale est de plus en plus proposée. Les résultats obtenus sont inégaux mais très encourageants pour certaines souches de probiotiques, qui peuvent être conseillées dans le traitement ou la prévention des rechutes de cette pathologie.

https://www.biocodexmicrobiotainstitute.com/rendez-vous

 

Sources :
Infections sexuellement transmissibles et SIDA http://centreplanif.chru-lille.fr/doc/InfectionssexuellementtransmissiblesetSIDA/64292_1lesperte.pdf
Martin DH, Zozaya M, Lillis R, Miller J, Ferris MJ. The microbiota of the human genitourinary tract: trying to see the forest through the trees. Trans Am Clin Climatol Assoc. 2012;123:242-256.
Rönnqvist PD, Forsgren-Brusk UB, Grahn-Håkansson EE. Lactobacilli in the female genital tract in relation to other genital microbes and vaginal pH. Acta Obstet Gynecol Scand. 2006;85(6):726-735.
Fredricks DN, Fiedler TL, Marrazzo JM. Molecular identification of bacteria associated with bacterial vaginosis. N Engl J Med. 2005;353(18):1899-1911.
Lamont RF, Sobel JD, Akins RA, et al. The vaginal microbiome: new information about genital tract flora using molecular based techniques. BJOG. 2011;118(5):533-549.
Mastromarino P, Vitali B, Mosca L. Bacterial vaginosis: a review on clinical trials with probiotics. New Microbiol. 2013;36(3):229-238.
Vujic G, Jajac Knez A, Despot Stefanovic V, Kuzmic Vrbanovic V. Efficacy of orally applied probiotic capsules for bacterial vaginosis and other vaginal infections: a double-blind, randomized, placebo-controlled study. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2013;168(1):75-79.
Falagas M, Betsi GI, Athanasiou S. Probiotics for the treatment of women with bacterial vaginosis. Clin Microbiol Infect. 2007;13(7):657-664.