Le microbiote intestinal, témoin du psoriasis ?

Le psoriasis se caractériserait par la raréfaction de la bactérie Akkermansia muciniphila au sein du microbiote intestinal, selon une étude qui ouvre de nouvelles voies de recherche pour comprendre cette maladie de peau.

 

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau, dans laquelle certaines cellules de l'immunité (les Th17) jouent probablement un rôle majeur. Or le microbiote intestinal contrôlerait la maturation et l’activité de ces cellules. Il pourrait donc être indirectement impliqué dans le développement du psoriasis, tout comme il l'est dans celui de l'obésité et de certaines maladies inflammatoires de l'intestin. Des troubles avec lesquels le psoriasis partage certaines caractéristiques comme la manière dont le système immunitaire répond et le type de molécules inflammatoires produites.

Pour valider cette hypothèse, des chercheurs ont analysé le microbiote intestinal d'une trentaine de volontaires, dont la moitié souffrait de psoriasis. Les principales différences observées chez les malades portaient sur deux bactéries : Clostridium citroniae, beaucoup plus présente, et Akkermansia muciniphila, nettement moins abondante, comme c’est le cas chez les personnes souffrant d'obésité ou d'une maladie chronique de l'intestin, rappellent les chercheurs.

Chez un adulte sain, Akkermansia muciniphila est l'une des bactéries les plus représentées dans le côlon, soit 3 à 5% des espèces microbiennes du microbiote. Elle pourrait participer au rôle de barrière de l'intestin et serait un indicateur du bon état de santé d’un individu. Le psoriasis partagerait donc avec des maladies comme l’obésité ou la maladie de Crohn une caractéristique de développement pathologique supplémentaire permettant de l'étudier sous un nouvel angle.

 

Sources :

Tan et al. The Akkermansia-muciniphila is a gut microbiota signature in psoriasis. doi: 10.1111/exd.13463