Grand
Public
Accès
Pro

Schizophrénie

Une inflammation chronique au niveau du cerveau est suspectée dans la schizophrénie.  Des perturbations du microbiote intestinal et du système immunitaire seraient impliquées.
 

La schizophrénie touche environ 0,7 % de la population mondiale. Cette maladie psychiatrique se caractérise par la survenue de délires et d’hallucinations, un isolement social et des perturbations au niveau de la vie psychique. Elle se déclare le plus souvent chez l'adolescent et le jeune adulte entre 15 et 25 ans. 
 


Implication de l’axe intestin-cerveau ?


La schizophrénie s’accompagne bien souvent de troubles gastro-intestinaux. En effet, le risque de survenue de maladies psychiatriques comme la schizophrénie serait associé à une inflammation chronique de l’intestin impliquant le système immunitaire. Son origine pourrait se trouver au niveau d’un déséquilibre du microbiote instestinal (flore intestinale) qui favoriserait cette inflammation. Des perturbations du microbiote ont été retrouvées chez des patients schizophrènes, associées aussi à une augmentation de la perméabilité de l'intestin (bactéries et autres substances qui passent dans la circulation sanguine au niveau de la paroi de l'intestin). Ces études laissent supposer l’existence d’un rôle-clé de l’axe intestin-cerveau dans le développement de la maladie.


Agir sur la composition du microbiote


A travers ces résultats, se dessinent des pistes de prévention et de traitement : rééquilibrer le microbiote afin de réduire l'inflammation chronique. Des études ont montré que l’administration de probiotiques pouvait avoir des propriétés anti-inflammatoires en jouant sur la réaction immunitaire sans qu'aucun traitement de ce type n'ait pu démontrer, à ce jour, leur efficacité sur la schizophrénie.