Acné : les facteurs déclenchants

Une équipe internationale a identifié les grandes catégories de facteurs environnementaux, psychologiques ou sociaux favorisant la survenue d’acné. Une bonne connaissance de ces paramètres – globalement appelés exposome - facilite la mise en place d’actions préventives ou correctives.

 

« Améliorez votre exposome ! » Tel pourrait être le nouveau slogan santé à destination des personnes souffrant d’acné, une maladie inflammatoire1 courante. C’est ce que confirme une analyse menée par une équipe internationale d’experts, qui a détaillé l’exposome de l’acné en s’appuyant sur les recommandations concertées de dermatologues européens et une analyse bibliographique des principaux travaux de recherche sur le sujet. La peau est l’une des plus grandes interfaces entre le corps et le milieu extérieur. Véritable « barrière », elle a pour mission principale de protéger l’hôte contre les agressions extérieures (facteurs environnementaux et agents pathogènes) grâce aux micro-organismes bénéfiques qu’elle contient à sa surface.

6 facteurs sur la sellette

Le travail réalisé a permis d’identifier six catégories de facteurs susceptibles d’interagir avec la peau, les glandes sébacées, le système immunitaire et/ou le microbiote cutané : la nutrition, en particulier les produits laitiers et les aliments à fort index glycémique ; certains traitements médicamenteux, notamment hormonaux ; les polluants de l’air, industriels et humains comme la fumée de cigarette ; les conditions climatiques telles que la chaleur, la lumière et les UV ; les comportements nuisibles à la peau (emploi de cosmétiques inadaptés, exfoliations, gommages...) et enfin divers facteurs psycho-sociaux et comportementaux, dont le stress, les problèmes de sommeil ou le style de vie.

Protéger le microbiote, c’est protéger la peau

A condition d’éviter l’exposition aux ultraviolets (UVA et UVB), connus pour activer la sécrétion de sébum, les probiotiques semblent avoir un effet bénéfique sur les lésions acnéiques lorsqu’ils sont utilisés en compléments. Les relations entre exposome, microbiote et acné restent à approfondir, mais une chose est sûre : la préservation de la diversité des micro-organismes cutanés joue un rôle important pour prémunir l’organisme de l’activation des phénomènes immunitaires déclencheurs d’inflammation. Une bonne gestion des facteurs de risque apparaît donc comme un moyen accessible de prévenir ou de limiter l’acné.

1. L’acné résulte d’une inflammation de la cavité où le poil prend naissance. Elle est associée à une sécrétion excessive de sébum et à un déséquilibre du microbiote cutané.

 

Sources :

B. Dréno, V. Bettoli, E. Araviiskaia, et al. The influence of exposome on acne. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2018 Jan 29.