Le microbiote buccal : un rempart anti-cancer ?

Consommation de tabac et mauvaise hygiène bucco-dentaire : deux grands facteurs de risque de cancer de la bouche ou de la gorge associés à un appauvrissement du microbiote buccal. Quelles différences ce dernier marque-t-il alors par rapport à celui d’un individu non-fumeur et soucieux de son hygiène ?

 

Pour répondre à cette interrogation, une équipe de recherche germano-américaine a analysé la composition, la diversité et les fonctions des micro-organismes de la cavité buccale de 121 patients atteints de carcinomes bucco-pharyngés et 242 individus sains.

Risque d’appauvrissement du microbiote

Les principaux facteurs de risque de développer un cancer bucco-pharyngé (tabac, alcool, hygiène bucco-dentaire, infection par le papillomavirus) ont été évalués chez les 363 participants volontaires. La composition microbienne de la cavité buccale a ensuite été détaillée chez chacun des individus afin d’identifier les principales différences entre les deux populations. Résultat : si tous les facteurs de risque de cancer ne s’accompagnent pas de modifications significatives du microbiote, le tabagisme et un mauvais état dentaire se révèlent être une source de nette dégradation de l’écosystème bucco-dentaire. Cette détérioration s’accompagne notamment d’une diminution de la diversité microbienne et de perturbations de certaines fonctions essentielles du microbiote (métabolisme des sucres, transport de métaux, de composés organiques…).

La perte de dents, un risque avéré

L’étude a surtout permis de souligner l’impact majeur de la perte totale des dents. La disparition d’un « habitat » privilégié diminue drastiquement la diversité microbienne et leurs fonctions associées indispensables à la conservation d’une bouche saine. Directement liée à la survenue des cancers bucco-pharyngés, l’absence de dents pourrait donc également accentuer le risque en modifiant le microbiote local. S’il n’y a pour l’heure aucune certitude concernant cette éventualité, les résultats de l’étude permettent a minima d’affirmer que la présence de certains facteurs de risque du cancer bucco-pharyngé altère la composition et les fonctions du microbiote de la bouche.

 

Sources :

Daniela Börnigen, Boyu Ren, Robert Pickard et al. : Alterations in oral bacterial communities are associated with risk factors for oral and oropharyngeal cancer, Nature, Scientific reports | 7: 17686 | DOI:10.1038/s41598-017-17795-z.