Grand
Public
Accès
Pro

Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique regroupe un ensemble de troubles métaboliques associés à l'obésité, tels l’hypertriglycéridémie ou l'hypertension artérielle, qui multiplient le risque de diabète et de complications cardiovasculaires.

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie à proprement parler ; sa définition répond à l’existence, chez une même personne, d'une obésité abdominale (tour de taille > 94 cm pour les hommes, 80 cm pour les femmes), associée à au moins deux des problèmes suivants : taux d’insuline anormalement élevé, hypertriglycéridémie, hypertension artérielle, hyperglycémie, taux de HDL-cholestérol ("bon cholestérol") trop faible. 

La France épargnée 

Avec 14 à 21 % de personnes touchées, contre un quart des Américains et jusqu'à 46 % des Grecs, la France reste quelque peu épargnée par l'"épidémie" de syndrome métabolique. Mais cette situation ne devrait pas durer...

Une mauvaise hygiène de vie, principal facteur de risque

Outre des prédispositions génétiques probables, c’est une mauvaise hygiène de vie qui est à l’origine du syndrome métabolique. La "malbouffe", associée à une activité physique insuffisante, provoque des dysfonctions métaboliques qui déclenchent une inflammation chronique, elle-même responsable de désordres métaboliques. S'instaure un cercle vicieux auquel participerait le déséquilibre du microbiote intestinal ou dysbiose.

Pas de signes visibles

A l'exception de l'obésité, le syndrome métabolique n'a pas de signes visibles puisque dès lors que des symptômes apparaissent, cela signifie que le syndrome s’est mué en maladie : diabète de type 2, athérosclérose, maladie cardiovasculaire…

Manger mieux, bouger plus

Pour l’heure, il n’existe aucun traitement du syndrome métabolique. Les seules consignes médicales qui s'appliquent aussi bien en prévention qu'à titre curatif sont une alimentation équilibrée, privilégiant les aliments à faible indice glycémique, et la pratique régulière et soutenue d'une activité physique. Si la piste des probiotiques et prébiotiques comme régulateurs de la prise alimentaire et du poids se confirme, elle pourrait également s'inscrire dans la prise en charge du syndrome métabolique.

 

Sources :
Alberti KG, Zimmet P, Shaw J. The metabolic syndrome--a new worldwide definition. Lancet. 2005 ; 366 (9491) : 1059-62.
Vernay M, Salanave B, de Peretti C, et al. Metabolic syndrome and socioeconomic status in France: The French Nutrition and Health Survey (ENNS, 2006-2007). Int J Public Health. 2013;58(6):855-864.
Jin C, Henao-Mejia J, Flavell RA. Innate immune receptors: key regulators of metabolic disease progression. Cell Metab. 2013 ; 17 : 873-82.
Vijay-Kumar M et al. Metabolic syndrome and altered gut microbiota in mice lacking Toll-like receptor 5. Science. 2010 ; 328:228–31.
Saito T, Hayashida H, Furugen R. Comment on: Cani et al. Metabolic endotoxemia initiates obesity and insulin resistance: Diabetes 56:1761-1772. Diabetes. 2007;56(12):e20-e21.
Serino M, Luche E, Gres S, et al. Metabolic adaptation to a high-fat diet is associated with a change in the gut microbiota. Gut. 2012;61(4):543-553.
Nicholson JK, Holmes E, Kinross J, et al. Host-gut microbiota metabolic interactions. Science. 2012;336(6086):1262-1267.
Roberfroid M, Gibson GR, Hoyles L, et al. Prebiotic effects: metabolic and health benefits. Br J Nutr. 2010;104 Suppl 2:S1-S63.