Revoir d’urgence son assiette

Premier facteur de risque d’obésité, l’alimentation est aussi le principal levier de modulation du microbiote. Sans surprise, l’intestin est donc façonné par les préférences alimentaires : par exemple, une plus grande variété de bactéries chez les omnivores que chez les végétariens, la domination de certaines espèces spécifiques chez les amateurs de protéines et de graisses animales, etc3. En théorie, le « remède » semble enfantin… Faux !

Les réponses sont variables d’un individu à l’autre ; et malgré de très nombreuses études, aucun lien catégorique n’a, pour le moment, été établi entre action sur la flore et importance de la perte pondérale11. Selon certains auteurs, la variabilité des réponses à un régime serait due à la composition initiale de notre microbiote intestinal7,11; pour d’autres, il permettrait carrément d’en prédire le succès7.

Une seule certitude dans cette controverse : manger équilibré, même si nous ne sommes pas égaux face à la prise de poids !

Keypoints1_Article3_DTO

11 Seganfredo FB et al. Weight-loss interventions and gut microbiota changes in overweight and obese patients: a systematic review. Obes Rev. 2017 Aug;18(8):832-851.