Le dentifrice agit-il sur le microbiote buccal ?

Le dentifrice prévient les caries et la déminéralisation de l’émail sans affecter la composition du microbiote buccal mais en modifiant sa production d’acide ou de sucres, ou en modifiant l’équilibre reminéralisation/déminéralisation.

 

Utilisé depuis plus de 70 ans dans les dentifrices et autres bains de bouche, le fluorure de sodium a fortement contribué à la lutte contre les caries, sans que l’on connaisse précisément son mode d’action. Encore aujourd’hui, les mécanismes font l’objet de multiples hypothèses : inhibition du métabolisme microbien des glucides, diminution de la production d’acide, inhibition de la déminéralisation de l’émail, stimulation de la minéralisation de l’émail… Pour comprendre le fonctionnement de ce composé chimique, deux chercheurs suisses ont examiné ses effets sur le microbiote buccal, le pH et la déminéralisation.

Création de biofilms

L’expérience a eu lieu in vitro : des biofilms semblables à ceux rencontrés dans le microbiote buccal ont été créés et cultivés sur des disques imprégnés de salive. Au bout de 48 heures et après diverses manipulations, les disques ont été exposés soit à du fluorure de sodium à différentes concentrations (approximativement des dosages jeune enfant, enfant et adulte), soit à des solutions sans fluor. Pour évaluer la déminéralisation, l’impact du fluorure de sodium a été testé sur des disques d’émail bovin.

Un microbiote stable

Au bout de 64 heures, ni la vitalité ni la croissance des microbiotes n’a été affectée – ou très faiblement - par le fluorure de sodium aux concentrations utilisées dans la vie courante (brossage enfant et adulte), pas plus que le nombre de bactéries. L’émail n’a subi aucune déminéralisation, tandis que l’acidité a été contrôlée avec une augmentation du pH à 5,5 et 5,0 respectivement - contre 4,5 dans les boîtes contrôles. Par ailleurs, le volume de sucres au sein du biofilm a baissé de manière significative.

Plusieurs hypothèses

Ces résultats montrent que le fluorure de sodium prévient la déminéralisation de l’émail dentaire sans affecter la composition ni la croissance du biofilm, concluent les auteurs. Son utilisation entraînerait une baisse de la production d’acide ou de sucres par les bactéries du biofilm, ou une modification de l’équilibre déminéralisation/reminéralisation, suggèrent-ils.

 

Sources :

Thomas Thurnheer, Georgios N. Belibasakis, Effect of sodium fluoride on oral biofilm microbiota and enamel demineralization. Archives of Oral Biology 89 (2018) 77-83

https://doi.org/10.1016/j.archoralbio.2018.02.010