Le glyphosate perturbe la flore intestinale des abeilles

Une étude américaine démontre que l’herbicide le plus utilisé au monde modifierait le microbiote* intestinal des butineuses. Cette altération les rendrait plus vulnérables aux infections opportunistes et augmenterait leur risque de mourir.

 

Les fabricants du glyphosate assurent que leur produit est inoffensif pour la santé humaine et celle des animaux car il cible une protéine uniquement présente dans les plantes et les micro-organismes. Et pourtant, la liste de ses effets toxiques pour la faune et la flore ne cesse de s’allonger. Des chercheurs de l’université du Texas rapportent que la flore intestinale des abeilles butineuses est sensible au glyphosate. Un phénomène qui pourrait expliquer en partie le déclin de ces précieux insectes pollinisateurs.

Des abeilles plus vulnérables aux infections

Les biologistes ont étudié quelques centaines d’ouvrières issues de la même ruche. Deux groupes ont été exposés à des doses de glyphosate différentes mimant l’exposition environnementale, tandis qu’un 3e groupe a été nourri avec de l’eau sucrée. Seulement 3 jours après l’expérience, quelle que soit la saison, les principales espèces bactériennes ont diminué chez toutes les abeilles en contact avec le produit, et curieusement davantage chez celles exposées aux doses les plus faibles. Or les bactéries intestinales contribuent à la croissance des abeilles et les protègent des pathogènes, lesquels attaquent et tuent essentiellement les butineuses dont le microbiote a été altéré par l’herbicide…

Meurtre de masse

Au moment de recapturer les abeilles pour étudier leur microbiote, les chercheurs n’ont retrouvé que 20 % d’insectes vivants dans le groupe d’abeilles exposées à la dose la plus forte. Ils supposent que peu d’entre elles sont retournées à la ruche, soit parce qu’elles ont été désorientées à cause du pesticide, soit parce qu’elles sont mortes rapidement après l’exposition, probablement infectés par une bactérie pathogène. Comme le soulignent d’autres études, les abeilles qui retournent au bercail rapporteraient avec elles des résidus d’herbicide, exposant leurs congénères à leur tour. L’hypothèse semble ici confirmée : l’ensemble de la ruche est exposé, y compris les plus jeunes individus, dont le microbiote est en pleine construction.

 

* Ensemble de micro-organismes (bactéries, virus, champignons, parasites) non pathogènes constituant notre microbiote intestinale et résidant dans nos intestins.

 

Sources :

Motta, Erick V. S, Raymann, Kasie, Moran, Nancy A. Glyphosate perturbs the gut microbiota of honey bees. Proceedings of the National Academy of Sciences, Oct 2018.