Microbiote, asthme et antibiotique : une histoire de nez !

On le sait, la prise d’antibiotiques chez le nourrisson exposerait à un risque plus fort d’asthme par la suite, mais la science peine à expliquer le mécanisme. Une des pistes serait sous notre nez, ou plutôt dedans ! Le microbiote nasal semblerait en effet fortement impliqué.

 

Même si l’adage : « Les antibiotiques, c’est pas automatique ! » est ancré dans nos têtes, leurs usages en dehors de traitements d’infections bactériennes restent encore trop importants, avec des conséquences sur la santé. En effet, une exposition aux antibiotiques durant les premiers mois de vie pourrait être associée au développement d’un asthme par la suite, une maladie inflammatoire du système respiratoire*. Or, les microbiotes intestinal et nasal sont reconnus comme facteurs de risque de développement et de sévérité de la maladie. Sachant que les antibiotiques vont altérer les communautés bactériennes, des chercheurs se sont demandé si l’altération du microbiote nasal pouvait expliquer l’apparition d’un asthme infantile.

Lien antibiotiques-asthme établi

Une équipe a recherché chez environ 700 enfants le lien entre l’exposition d’antibiotiques avant 1 an et le développement d’un asthme à 7 ans. Au total, la moitié des enfants avaient reçu des antibiotiques de 0 à 11 mois et presque 8% d’entre eux avaient développé un asthme par la suite. Cette proportion passait à plus de 11% chez ceux traités avec 2 ou plusieurs antibiotiques avant 11 mois, soit une augmentation de 4% du risque de développer un asthme par rapport aux enfants sans d’antibiotique.

Moraxella, la grande absente du nez

Les chercheurs ont observé que le microbiote du nez évoluait au cours des 2 premières années de vie ; de plus, une antibiothérapie avant 1 an impactait la flore nasale des bébés, d’autant plus fortement que le nombre de traitements augmentait. En particulier, l’absence dans le nez de Moraxella - une bactérie souvent associée aux maladies respiratoires – semblait signer une prise précoce et importante d’antibiotiques. Leur utilisation avant 1 an aurait donc des effets néfastes à long terme sur le microbiote nasal, facilitant ainsi la cascade d’évènements qui conduirait au développement de l’asthme. Même si d’autres acteurs seraient impliqués (comme le microbiote intestinal ou le système immunitaire), ces résultats vont dans le sens des recommandations actuelles encourageant un usage raisonné des antibiotiques, en particulier chez les nourrissons.

 

* https://www.who.int/news-room/q-a-detail/asthma

 

Sources :

Toivonen L, Schuez-Havupalo L, Karppinen S, et al. Antibiotic treatments during infancy, changes in nasal microbiota, and asthma development: Population-based cohort study [published online ahead of print, 2020 Mar 14]. Clin Infect Dis. 2020; ciaa262.