Moduler le microbiote intestinal pour traiter les troubles bipolaires ?

Le microbiote intestinal pourrait être une cible thérapeutique dans la prise en charge du trouble bipolaire, selon une étude récente.

 

Plusieurs études ont montré l'efficacité des thérapies reposant sur la manipulation du microbiote (greffe fécale, probiotiques, prébiotiques), dans la prise en charge des troubles psychiatriques comme la dépression ou l'anxiété. Le trouble bipolaire pourrait donc bénéficier de cette même approche thérapeutique.

L'analyse du microbiote intestinal de 179 individus (sujets bipolaires et sujets sains) participant à une étude sur cette pathologie montre une différence significative dans sa composition entre les personnes malades et les personnes non atteintes. La flore intestinale des sujets bipolaires contient environ un tiers de moins de bactéries du groupe Faecalibacterium, aux propriétés anti-inflammatoires reconnues. Cette bactérie est également sous-représentée dans diverses autres maladies, comme le syndrome de l'intestin irritable, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, le cancer colorectal, la diarrhée chronique idiopathique ou encore chez les personnes âgées et/ou fragiles hospitalisées, ainsi que chez les personnes dépressives. Leurs données suggèrent, par conséquent, qu’une modification thérapeutique du microbiote visant à augmenter la proportion de Faecalibacterium pourrait être intéressante pour réduire les conséquences de la maladie. Les auteurs précisent que ces hypothèses devront être confirmer par des essais cliniques.

 

Sources :

Evans et al. The gut microbiome composition associates with bipolar disorder and illness severity. Journal of Psychiatric Research 87 (2017) 23-29.