Vaginose bactérienne : les hommes seraient-ils impliqués ?

Liée à un déséquilibre du microbiote vaginal, la vaginose bactérienne pourrait être provoquée par des bactéries présentes dans le microbiote du pénis de certains hommes et transmises lors des rapports sexuels.

 

La vaginose bactérienne est une infection très fréquente. Souvent peu symptomatique, elle peut avoir des conséquences graves puisqu’elle augmente le risque d’infections sexuellement transmissibles (dont le VIH) et de complications pendant la grossesse (accouchement prématuré, travail précoce, fausse-couche tardive). Faute de traitement efficace sur le long terme, des récidives surviennent dans les 6 à 12 mois chez la moitié des femmes.

Des bactéries nichées sous le prépuce

Certains hommes participeraient-ils, via le microbiote de leur pénis, aux développements des vaginoses bactériennes de leur partenaire ? De nombreuses études tendent à accréditer cette hypothèse, parmi lesquelles celles montrant une moindre fréquence de cette infection* (-40 %) chez les femmes ayant des relations sexuelles avec des hommes circoncis. La peau recouverte par le prépuce étant particulièrement riche en bactéries associées à la vaginose bactérienne, la circoncision pourrait être un facteur de prévention selon certains scientifiques.

Les mêmes espèces dans le microbiote du pénis et du vagin

Des chercheurs ont suivi 168 couples hétérosexuels, dont la partenaire était indemne de toute infection au début de l’étude. Après un an de suivi, près d’1 femme sur 3 avait développé une vaginose bactérienne. D’après les analyses, sa survenue semblait directement liée à la composition du microbiote pénien : les auteurs ont d’ailleurs identifié 7 espèces bactériennes dont la présence permettrait de prédire la survenue d’une vaginose bactérienne avec précision. Plusieurs de ces espèces sont communes à celles retrouvées dans le microbiote vaginal des femmes infectées.

Traiter les hommes pour protéger les femmes ?

Ces résultats ont conduit les scientifiques à émettre deux hypothèses : soit les bactéries du microbiote intime des hommes sont transmises directement lors d’un rapport sexuel, soit elles perturbent la flore vaginale et causent une infection sur le long terme. Dans un cas comme dans l’autre, ils plaident pour l’inclusion des partenaires masculins dans la prise en charge des femmes infectées et suggèrent d’évaluer un traitement qui, en modifiant le microbiote du pénis, préviendrait la survenue ou la récidive d’une vaginose bactérienne.

 

* Gray, R. H., Kigozi, G., Serwadda, et al. The effects of male circumcision on female partners’ genital tract symptoms and vaginal infections in a randomized trial in Rakai, Uganda. Am J Obstet Gynecol. 2009 Jan;200(1):42.e1-7.

 

Sources :

Mehta SD, Zhao D, Green SJ et al. The Microbiome Composition of a Man's Penis Predicts Incident Bacterial Vaginosis in His Female Sex Partner With High Accuracy. Front Cell Infect Microbiol. 2020 Aug 4;10:433. .https://doi.org/10.3389/fcimb.2020.00433